La tradition veut que cette chanson passe en toute fin de soirée.
La tradition veut que cette chanson passe en toute fin de soirée. - CAPMAN

«Terre brûlée, au vent… Des landes de pierres… » Les premiers mots lents et espacés des Lacs du Connemara se font entendre, comme un appel. De façon presque magnétique, vous vous dirigez sur la piste de danse avec vos amis. C’est VOTRE chanson. Et celle de toute la France qui picole. Dans toutes les fêtes estudiantines ou presque, elle est diffusée en fin de soirée. Pourtant, aucun de vous n’écoute Les lacs du Connemara chez lui ou en voiture. Personne ne s’est jamais demandé d’où venait cet étrange rituel. Nous si. On n’a pas trouvé la réponse définitive, mais on vous propose plusieurs pistes.

Les Lacs du Connemara est une bonne chanson

Vendu à plus d’un millions d’exemplaires à sa sortie, le 45 tours a été le plus gros succès en single de Michel Sardou. Jean-Pierre Goffi, DJ et directeur de l’école des DJ et du son, lui reconnaît une structure idéale. « Sa construction est évolutive et provoque une fusion de l’assemblée qui ne forme plus qu’un seul corps. » De manière générale, Michel Sardou a d’ailleurs du vent dans les ailes, puisqu’un de ses autres tubes, Je vole, a été remis au goût du jour par Louane Emera dans La famille Bélier en 2015.

Ou c’est au moins un bon jingle

Un peu comme une sonnerie de fin de cours ou un générique de fin, Les Lacs du Connemara sonnent la fin de la fête. C’est le signal du DJ pour indiquer qu’il est temps de mettre la poudre d’escampette. Comme un jingle qui vous fait prendre le chemin des vestiaires. Certains se sont déjà inspirés de quelques notes de musique pour écrire un titre, comme le guitariste de Pink Floyd, David Gilmour, qui a réussi à écrire Rattle That Lock à partir d’un signal sonore de la SNCF.  Michel a, lui, bossé sur un tube qui fait aujourd’hui l’effet d’un jingle.  

 

Grosse Teuf madmoiZelle/Bal de promo HEC #grosseteuf #grosseteufmadmoizelle #michelsardou #connemara #hec #fiesta

Une vidéo publiée par Laurene Ouiche (@ouiche_laurene) le 31 Oct. 2015 à 10h30 PDT

Les DJ sont peut-être des fainéants

« Ca fait plus de quinze ans qu’on la passe, toutes sections étudiantes confondues », affirme Jean-Pierre Goffi. Aussi bien les professions de santé, de la communication, que des écoles de commerce, d’ingénieur ou de droit y sont passés. Pourtant il existe des chansons bien pires pour faire fuir les fêtards. Gangnam Style de Psy et Envole moi de Jean-Jacques Goldmann sont quand même classés respectivement 5èmes et 20èmes dans le top 20 des titres diffusés en France 2014 établi par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). Des titres, c’est sûr, plutôt choisis par DJ Jacky 57 que par Nina Kraviz.

Les étudiants ont des goûts musicaux douteux

Depuis le temps que les DJ passent cette chanson, les jeunes s’en sont accommodé et en ont fait la dernière occasion de tout donner sur la piste. « Il y a 15 ans c'était le signal pour dire "vous n'allez quand même pas rester écouter Sardou ? Rentrez chez vous bande de pochtrons !" », se souvient Kevin, 32 ans. Aujourd’hui, la masse se trémousse allègrement sur cet hymne aux contrées désertiques de l’Ouest irlandais.

« Cette chanson continue d'inspirer et d'enchanter un grand nombre de personnes aussi bien en France, en Irlande que dans le monde entier. Elle a permis de resserrer les liens entre deux peuples qui se connaissent, se comprennent, se respectent et qui s'aiment » déclarait Paul Kavanagh, l’ambassadeur d’Irlande en France, en 2011. Il a même remis les Clés du Connemara à Michel Sardou trente ans après sa chanson. Comme quoi, les liens entre les Français et le Connemara ne sont pas près de se briser.

Mots-clés :