- dr dupuis/l.?trondheim & M.?bonhomme

Olivier Mimran

Quand Lewis Trondheim, grand prix du festival de la BD d'Angoulême en 2006, rencontre Matthieu Bonhomme, probable futur grand prix du même festival, que se racontent-ils ? Des histoires de cow-boys ! Et de façon extrêmement originale, puisque le premier tome de Texas Cowboys* rend hommage aux Western Dime Novels, ces « romans de trois sous » feuilletonesques que les Américains s'arrachaient à la fin du  XIXe  siècle.

Un western cru et inventif
Si l'on colle d'abord aux éperons d'Harvey Drinkwater, un jeune gratte-papier tout juste débarqué dans une bourgade du Far West sauvage, on parcourt vite une galerie de personnages aussi pittoresques qu'inquiétants : Sam Bass, un outlaw sanguinaire ; Betsy Marone, la jolie reine du poker ; un vieil illuminé en quête d'expériences mystiques ; un Marshall qui ne refuse jamais un pot-de-vin… Chacun d'entre eux a d'ailleurs droit à « son » propre chapitre, illustré à la manière des fascicules d'époque. Et tous ces destins finissent par s'imbriquer dans la peinture globale d'un western cru et sans concession. Ce réalisme inventif, Trondheim (au scénario) et Bonhomme (au dessin), l'avaient déjà atteint dans Omni-Visibilis (une fiction fantastique parue en 2010) : en déstructurant méthodiquement leur récit, ils avaient appris à s'affranchir de certains carcans narratifs traditionnels. Avec Texas Cowboys, tous deux prouvent à nouveau que l'audace formelle réussit aussi aux auteurs dits populaires.

colts et stetsons sous verre

Une expo-vente des planches originales de Texas Cowboys se tiendra jusqu'au 22 septembre, à la galerie Julien Brugeas (Paris 18e). Mais que les fans de province se rassurent, ils pourront aussi admirer ou acheter les planches dès le 30 août sur Internet (rendez-vous sur www.julienbrugeas.com. Mise en ligne à partir de 15 h).