La marque de cosmétiques Bobbi Brown surfe sur le succès de la saga «Fifty Shades of Grey» avec  une nouvelle palette, Come-Hither Shades (teintes aguicheuses).
La marque de cosmétiques Bobbi Brown surfe sur le succès de la saga «Fifty Shades of Grey» avec  une nouvelle palette, Come-Hither Shades (teintes aguicheuses). - CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

Oubliez Harry Potter. Désormais, le livre le plus vendu au Royaume-Uni, c’est «Fifty Shades of Grey», la saga érotico-sado-maso de E. L. James, qui connaît également un succès retentissant aux Etats-Unis. Avec 40 millions d’exemplaires déjà écoulés dans le monde, la saga-phénomène n’a laissé personne indifférent. Le premier tome raconte l’histoire d’Anastasia Steele, étudiante de 21 ans toujours vierge, qui tombe sous le charme du jeune milliardaire énigmatique Christian Grey. Adepte du SM, ce dernier a pour seul désir de transformer la jeune femme en esclave sexuelle.

>> Lire notre article: Fifty Shades of Grey, est-ce que ça vaut le coup?

On aurait pu penser que seules les boutiques érotiques, qui voient leurs ventes boostées comme jamais ces derniers mois, auraient surfé sur le succès de la trilogie. Loin de là:

  •  La marque de cosmétiques Bobbi Brown a décidé de sortir une nouvelle palette, Come-Hither Shades (teintes aguicheuses). «Depuis quand le gris [«Grey»  étant le nom du personnage principal] est-il devenu si coquin?», taquine la marque pour vendre sa nouvelle gamme. Dommage qu’ils n’y aillent pas jusqu’au bout en proposant réellement cinquante nuances de gris.
  • Pendant ce temps, un hôtel britannique, le Damson Dene, a voulu faire plaisir à ses clients… en remplaçant la Bible de chaque chambre par le livre «hot» de E.L. James. «Comme tout le monde lit ‘Fifty shades of Grey’, on a pensé que ce serait quelque chose d’accueillant à faire pour nos clients, en particulier ceux qui seraient trop timides pour l’acheter en raison de sa réputation», a confié le propriétaire de l’hôtel, Jonathan Denby, à NBC News. Il a ajouté que la Bible était de toute façon inappropriée dans un hôtel: quid de la laïcité?
  • L’hôtel Max à Seattle aux Etats-Unis (l’une des villes où se déroule l’intrigue du premier tome de la saga), propose désormais un forfait «50 shades of Seattle», incluant une voiture avec chauffeur ou encore une excursion de deux heures en bateau, un pique-nique gourmet avec une bouteille de champagne (celui que le héros du roman préfère, bien entendu, Bollinger Grande Année Rosé 1999), histoire de vous faire vivre la romance d’Anastasia Steele, la jeune étudiante vierge, et du beau milliardaire Christian Grey. Les deux nuits coûtent 1.669 dollars (sans compter les taxes). L’Edgewater Hotel, toujours à Seattle, a emboîté le pas à l’hôtel Max avec le package «Shades of romance», qui inclut également du champagne et des circuits romantiques, mais aussi le livre de E.L. James. Attention, les accessoires sado-maso ne sont pas inclus. Vous devrez apporter vos propres fouets et menottes.
  • A Portland, où les deux amants se rencontrent également, un autre hôtel, le Heathman, propose un package «Charlie Tango No Limits» à 2.750 dollars. Au programme: des amuses-bouche et du vin blanc, un survol de la ville en hélicoptère, des roses et des balades en limousine. Pourquoi le «Charlie Tango», demanderez-vous si vous n’avez pas encore lu le roman? C’est tout simplement le nom de l’hélicoptère du très riche Christian Grey.
  • L’auteure E.L. James, elle-même, et son agent, Val Hoskins, ont signé un contrat avec l’agence Caroline Mickler. Des licences commerciales lui ont été attribuées pour développer la marque officielle «Fifty Shades of Grey». Se retrouveront donc bientôt sur le marché des produits cosmétiques, de la lingerie, des vêtements, du parfum  estampillés «Fifty Shades of Grey», mais aussi du mobilier, des bijoux et des fournitures de bureau. Il se pourrait donc que d’ici la fin de l’année, des milliers de femmes s’endorment dans un pyjama à la mode «Fifty Shades» (eh oui). Des Barbie et Ken, à l’effigie d’Anastasia et Christian devraient également voir le jour… Là on comprend moins. Des poupées pour les ménagères anglo-saxonnes?
  • La maison de disque EMI voulait elle aussi sa part du gâteau. Facile. Une bande-son de la saga érotique va être commercialisée en Amérique du Nord, selon le Los Angeles Times. La musique classique est très présente dans le livre à travers le personnage de Christian Grey, qui joue du piano comme un dieu et adore l’opéra. L’album sera composé de 15 morceaux.

On imagine que d’autres projets vont venir s’ajouter à cette liste dans les mois à venir. Avec l’adaptation cinématographique prévue (qui rend fou de rage Bret Easton Ellis car il n’a pas été choisi par Universal pour le faire) et la sortie de la trilogie en français le 17 octobre prochain, vous n’avez pas encore fini d’entendre parler de «Fifty Shades of Grey».

Mots-clés :