Skip the Use participe pour la troisième fois à ce festival qui les a révélés.
Skip the Use participe pour la troisième fois à ce festival qui les a révélés. - DR

Sarah Gandillot

Solidays un jour, Solidays toujours. Ce week-end, Bénabar foulera la pelouse de Longchamp pour la cinquième fois. La Grande Sophie, pour la quatrième fois. La chanteuse se souvient de ses premières impressions. «On ne voit pas le bout de la foule, c'est impressionnant. Les gens sont ouverts à la découverte. La première année, j'avais mon propre décor. J'avais déployé un énorme préservatif sur un plot lumineux gonflable», raconte-t-elle, pas peu fière de son effet. La chanteuse apprécie cette façon de militer dans le plaisir. Son engagement contre le sida ne se résume d'ailleurs pas à ce week-end de festival: «J'invite régulièrement les associations à mes concerts pour qu'elles disent un petit mot et puissent récolter des fonds.»

Un coup de poker

Le groupe Skip the Use participe aux Solidays pour la troisième année consécutive. Matt, son chanteur, est aujourd'hui parrain de l'association: «Il y a trois ans, le président de Solidarité Sida nous a programmés sur la grande scène ! Un coup de poker. C'est là que tout a commencé pour nous. On était inconnus et pourtant il y avait une ambiance de folie.» Amadou (sans Mariam) a également le souvenir d'un public «très chaud». Avec Mariam, ils avaient enflammé les Solidays en 2009 avec leur fameux «Dimanche à Bamako»: «L'Afrique n'est plus dans le déni de la maladie, c'est un progrès. La priorité aujourd'hui reste l'accès au traitement.» Un message qu'Amadou entend bien faire passer dimanche.

Temps forts

La Grande Sophie ce soir, Skip the Use samedi, Amadou et Mariam dimanche. A ne pas rater vendredi les concerts de Metronomy et The Kills. Samedi, le groupe Shaka Ponk et le chanteur Rover. Dimanche, Garbage, 1995, JoeyStarr, Tiken Jah Fakoly et Arthur H. Renseignements sur www.solidays.org.