Julia Stone a longtemps chanté en duo avec son frère Angus.
Julia Stone a longtemps chanté en duo avec son frère Angus. - Bec Parsons and Bartolomeo Celestino

Benjamin Chapon

Elle aime Paris, «surtout cet endroit.» Julia Stone reçoit à l'étage du Café de Flore (où ledit café est à 4,10 euros) pour parler de son nouvel album solo, By the Horns. «Je sais que ce n'est pas à l'image de Paris, que c'est un endroit un peu cliché. Mais je m'y sens bien, ça ressemble au Paris que je fantasmais quand j'étais petite.»

Petite Australienne qui chantonnait dans les jupes de sa mère, puis ado discrète qui accompagnait son frère Angus en tournée, Julia fantasmait-elle aussi le joli succès que remportent ses albums et concerts en France? «C'est le pays où j'ai le plus de succès, confie-t-elle. Le seul où l'on puisse parler de succès, à vrai dire.» Sa séduisante folk fraîche n'a ainsi pas autant de retentissement aux Etats-Unis ou en Angleterre, où Julia Stone passe pourtant le plus clair de son temps. «Je sais que c'est un autre cliché, mais je crois que les Français sont très portés sur les sentiments. Ici, on me demande toujours ce que je ressens quand je chante.»

Vaguement francophone

Et comme elle ressent bien des choses et les chante admirablement, ça marche. «La connexion entre un artiste et un public est une chose magique parce qu'imprévisible.» Elle se met au français presque malgré elle. «Je crois que je n'ai pas besoin de ça pour comprendre l'esprit de ce pays. S'il y avait des plages pour surfer, je m'y installerais.»

La France, terre d'asile pour artistes fades ou audacieux

Comme il l'a rappelé lors de la conférence de presse de lancement de son dernier album, Iggy Pop «doit beaucoup au public français qui, longtemps, a été le seul à aimer» sa musique. Une fidélité que l'Iguane récompense avec un album de reprises en français, Après. «Les Français ont un goût pour les artistes différents, qui sortent du lot et des normes.» La France est ainsi un marché important pour nombre d'audacieux groupes américains. Mais pas que…

La fade et jolie Suédoise Lisa Ekdahl n'a ainsi, pendant des années, marché qu'en France. Miki Green, compatriote de Julia Stone, n'a toujours pas percé ailleurs que chez nous avec sa sage pop arc-en-ciel. Le Canadien Charlie Winston s'est même installé à Paris pour exploiter le filon frenchie, tout comme Hugh Coltman, autre joyeux et pâlot folkeux.