- D. BARDOU / CANAL +

recueilli par Alice coffin

Emma de Caunes anime une « Musicale », « Filles au pouvoir », sur Canal+ à 20 h 50 et sera, lundi à 23 h 05, la voix off du doc La saga des écolos sur France 3.

Pourquoi une spéciale « Filles » ?

Attention, ce sont toutes des performeuses, pas des chanteuses à prénom, un phénomène dont on a bouffé à cause d'Internet. Là, d'Izia à Camille en passant par Lana del Rey ou Anna Calvi, ce sont de vraies musiciennes.

Mais les chanteuses, c'est différent des chanteurs ?

En interview, j'ai plus de mauvais souvenirs avec des artistes masculins, un peu ours. Là, même s'il y en a, comme Florence and The Machine, qui sont un peu torturées, c'est un bonheur. En tant qu'actrice, j'ai une empathie pour les chanteuses. L'exposition, la concurrence, c'est hyperviolent. Et puis on cherche toujours la nouvelle machine, la nouvelle truc. Anna Calvi, c'était la nouvelle PJ Harvey, Patti Smith, pfff !

Le milieu des labels est masculin. Dur pour les chanteuses ?

Les maisons de disques, c'est un milieu de requins. Tout le monde s'en plaint. Alors, oui, quand on est jeune, jolie et qu'on a une voix incroyable, il faut être costaud. J'ai un souvenir traumatisant d'une interview d'Amy Winehouse tant elle était mal. Si on n'est pas préparé soit on tombe dans la défonce, soit on devient Lady Gaga, une espèce de chose, d'objet, qui maîtrise le système. Quand je vois Izia, 21 ans, ou Lana Del Rey, j'ai envie de faire la maman, de dire  : « Ma chérie maintenant tu vas te coucher y'a ton disque qui sort demain !»

Difficile de faire venir les artistes ?

« La Musicale » met la télé au service de la musique. Donc les artistes viennent. On n'est pas dans une boîte de nuit et je ne crie pas « alors, maintenant le nouveau CD ! » Mais j'ai encore des envies un peu folles, Prince, Bruce Springsteen ou Tom Waits !