De nouveaux vilains en veulent au cow-boy, mais les Dalton sont toujours de la partie.
De nouveaux vilains en veulent au cow-boy, mais les Dalton sont toujours de la partie. - Lucky comics

Olivier Mimran

Ne succède pas à au grand scénariste René Goscinny qui veut! Laurent Gerra le sait, qui a signé sans con­vaincre les histoires des trois dernières aventures de l'homme qui tire plus vite que son ombre.

Dans la lignée de Goscinny

Du coup, les ayants droit du cow-boy, créé en 1946 par Morris, ont changé leur Winchester d'épaule en confiant l'écriture de Lucky Luke contre Pinkerton (éd. Lucky Comics) à deux pros de la plume: les écrivains Daniel Pennac (la saga Malaussène) et Tonino Benacquista (La Maldonne des sleepings, ­L'Outremangeur, etc.).

Les compères y met­tent en scène un Lucky Luke poussé à la retraite par Allan Pinkerton, détective qui entend révolutionner les méthodes d'investigation…
Enchaînant les dialogues acérés et des gags en rafale, le duo s'acquitte de sa mission avec brio tant son travail s'inscrit dans la lignée du Goscinny de la grande époque.