Orelsan, le rappeur de Caen
Orelsan, le rappeur de Caen - DR

Alice Antheaume

Pris dans la tourmente à cause de sa chanson «Sale Pute», Orelsan ne se produira pas le 2 avril à Poitiers. Ni le 29 avril à Cluses.

Contacté par 20minutes.fr, l’agent du rappeur a expliqué que l’annulation de concerts est «liée à la polémique» autour d’Orelsan, taxé d’avoir écrit des paroles qui ressembleraient à un appel à la violence conjugale.

L’équipe du Confort moderne, la salle qui devait l’accueillir à Poitiers, s’en est expliquée sur son site. «A l’issue d’une réflexion très pénible, nous avons pris la décision de déprogrammer le concert d’Orelsan, écrivent Isabelle Delamont et Simon Codet-Boisse, respectivement présidente et directeur du Confort moderne, après avoir été «interpellés par des militantes, des femmes, des familles, certaines nous demandant l’annulation» de ce concert.

Dilemme

Censeurs? L’équipe se défend: «Comme beaucoup d’acteurs culturels, nous pensons que la liberté d’expression d’un artiste est sacrée. Nous ne pouvons pas la censurer (...) Dès lors, s’est posé le dilemme: censurer une représentation artistique et donc trahir une déontologie professionnelle, y compris en en assumant les conséquences à l’avenir dans nos choix artistiques. Ou maintenir ce concert et amplifier la souffrance déjà exprimée par un geste qui, malgré toute notre science de la communication, ne pourra être considéré par les concernées que comme une provocation supplémentaire.»

Réactions en chaîne?

Pour Orelsan, c’est un nouveau coup dur. «Les Francophonies s’interrogent aussi pour déprogrammer, et certains magasins réfléchissent à retirer ses disques de leurs bacs, reprend l’agent du rappeur. A ceux qui croient encore que l’on organise un coup de pub, vous voyez que cela ne nous amuse pas du tout.» D’autant que, de son côté, la secrétaire d’Etat à la Solidarité Valérie Létard a demandé que la justice se saisisse de «l’affaire». Sur ce point, l’agent d’Orelsan se dit serein: «il n’y a rien d’attaquable.»