Les Nuits secrètes d'Aulnoye-Aymeries, à une trentaine de kilomètres de Maubeuge, ne le sont plus du tout. Il suffit de voir les têtes d'affiche de ce festival en plein pays avesnois pour s'en convaincre. Vendredi, c'est Bashung et surtout Jamie Lidell qui ont mis le Nord à l'envers. Le soulman a fini son set en prenant la main sur la console de l'ingé son. C'est du moins ce qu'on m'a dit, parce que le vendredi pour moi, c'est «Koh-Lanta». Et à Aulnoye, regarder «Koh-Lanta», ça vous sauve votre repas. La pizzeria du coin est tenue par Christophe Guttatoro, boxeur aux dents blanches de la tribu des Tayak. Vendredi, il tenait un bambou au-dessus de sa tête dans mon téléviseur et le lendemain, il me servait une pizza Guttatoro à 7,50 € (avec en prime une photo dédicacée).

Mais ce samedi à Aulnoye, la star, ce n'est pas lui. Il y a Camille, Vitalic, Sébastien Tellier. Il y a aussi Alela Diane dans le Jardin, l'une des trois scènes. Alela, c'est «une indienne qui chante super bien», explique sur la Grande scène le chanteur des Girls in Hawaii. Le groupe belge est venu en voisin et en profite pour chanter les vertus de «cette région souvent décriée» qu'est le Nord. Une région dans le vent, pourtant. Hautmont, la ville ravagée par la tempête, n'est qu'à neuf kilomètres de là, mais à part les urnes pour collecter des dons, rien ne transparaît dans l'organisation du festival.

Les «tractors», des scènes tirées par des cultos à casquette tout sourire, balaient la ville en ordre serré. On y croise Bob et Lisa, duo blues au chant de coton, et surtout Curry and Coco, des Lillois à l'accent gallois hyper efficaces qui ne resteront pas longtemps sur un tracteur. Leur scène à roulette s'ébroue, la foule les suit et croise la fête foraine, vestige d'un temps où Aulnoye le deuxième week-end d'août ne fermait pas ses volets pour aller guincher. Les alignements de Bob l'éponge et de méga-ball (pour faire des méga-foots) cèdent peu à peu la place aux scènes DU festival qui monte. Et qui roule.

Car le clou des Nuits secrètes, ce sont les parcours secrets. Devant la boulangerie, on prend un bus bondé comme la ligne 26 de la RATP, direction inconnue. Après quelques kilomètres le nez sur l'accrédit' de la voisine, on débarque devant l'église d'Ecuélin, croquignolette, sans doute, selon le Routard. A voir la chaire sculptée et le calvaire un peu tristoune, on rêve d'assister à un show-case de Didier Super, l'un des six artistes engagés dans ces parcours où l'on achète une place sans savoir qui l'on va écouter. Mais au milieu des prie-Dieu, c'est le piano de Chris Garneau qui trône. De dos, on hésite entre un elfe et Jeff Buckley. Garneau s'excuse d'être vivant puis entame son set, énorme. L'église pleure comme aux Rameaux. Ça tombe bien: aujourd'hui, c'est dimanche. On annonce Caribou, Tiken Jah Fakoly en concert gratuit, Nervous Cabaret, Health! et Birdy Nam Nam pour 9 €, No Age, Crookers et Brodinsky pour finir la soirée (6 €), et toujours des tractors, des bus et des Bob l'Eponge. Je rêverais de rester, mais j'ai pas encore trouvé le moyen $€$ de rentrer à Paris.

Alors si vous êtes sur place, que vous avez une place libre, ou que vous avez repéré mon sweet à capuche rose (ou que vous vous appelez Lisa), mon mail, c'est clicnapping @ gmail.com

Mots-clés :