VIDEO. Golden Globes 2018: Les stars en noir sur le tapis rouge en solidarité avec #MeeToo #TimesUp

HOLLYWOOD Tout le monde a joué le jeu... sauf la présidente de la Hollywood Foreign Press Association...

20 Minutes avec AFP

— 

Les actrices Natalie Portman, America Ferrera, Emma Stone et Billie Jean King aux Golden Globes, le 7 janvier 2018.

Les actrices Natalie Portman, America Ferrera, Emma Stone et Billie Jean King aux Golden Globes, le 7 janvier 2018. — Jordan Strauss/AP/SIPA

« Black out » sur le tapis rouge. Les stars du cinéma et de la télévision ont massivement répondu à l’appel : tout le monde ou presque était en noir, dimanche, à la cérémonie des Golden Globes, pour protester contre les violences sexuelles, alors que Hollywood est encore sonné par l’affaire Weinstein.

Sur le tapis rouge, personne n’a osé défier l'appel des plusieurs centaines d'actrices dont Natalie Portman et Reese Witherspoon, qui ont fondé l’organisation Time’s Up pour financer la défense de victimes d’agressions sexuelles au travail. Seule la présidente de la Hollywood Foreign Press Association, Meher Tatna, était en rouge. Selon The Wrap, elle avait choisi une « couleur festive » avec sa mère. Et Mira Kalita, vice-présidente en charge de la programmation sur CNN, a souligné : « Elle est née en Inde, et le rouge est notre noir de base. »

« Donner une voix à celles qui en sont privées »

Jessica Chastain, l’une des actrices les plus ouvertement féministes et nommée pour Le grand jeu, arpentait le tapis rouge en fourreau en velours ébène. « Nous sommes ici pour le mouvement Time’s Up, nous sommes solidaires », a-t-elle déclaré. « Le but est de donner une voix à ceux et celles qui en sont privés », a renchéri à ses côtés Viola Davis, candidate à un Globe de second rôle pour La forme de l’eau, qui part fort de sept nominations. « Ce n’est pas un moment, c’est un mouvement », a renchéri Eva Longoria.

Sara Paulson, qui joue dans Pentagon Papers, le dernier Steven Spielberg et l’un des films favoris de la soirée, portait une robe à paillettes noires au col enrubanné, Kerry Washington un drapé lamé noir bustier, et Emma Watson, star de La belle et la bête, une robe de satin et soie ébène fendue aux épaules plissées.

Quelques stars étaient accompagnées de militantes pour la cause des femmes comme Meryl Streep (nommée une fois encore grâce à sa performance dans Pentagon Papers), au bras d’Ai-jen Poo, directrice de l’Alliance nationale des travailleurs domestiques.

Les hommes solidaires

Les hommes n’avaient pas manqué de marquer leur solidarité à l’instar de Sterling K. Brown, en lice pour la statuette de meilleur acteur dramatique (This is us) ou Bob Odenkirk (Pentagon Papers). Pour bien appuyer le message, ce dernier portait un badge « Time’s Up » comme beaucoup d’autres.

Le producteur déchu Harvey Weinstein, qui a régné sur Hollywood pendant des décennies, est accusé par plus de 100 femmes de harcèlement, agressions sexuelles ou viols. Depuis ces révélations début octobre, une litanie de personnalités d’Hollywood comme les acteurs Kevin Spacey, Dustin Hoffman ou Jeffrey Tambor, ont à leur tour été accusés d’abus sexuels.