VIDEO. Mort de France Gall: Avec Michel Berger, elle formait «l'un des couples les plus mythiques de la chanson française»

MUSIQUE La chanteuse, âgée de 70 ans, est morte ce dimanche matin à Paris...

Hakima Bounemoura

— 

France Gall et Michel Berger, couple mythique de la chanson française.

France Gall et Michel Berger, couple mythique de la chanson française. — BENAROCH

  • France Gall est décédée ce dimanche matin à l’âge de 70 ans d’un cancer.
  • Avec Michel Berger, elle a formé l’un des couples les plus mythiques de la chanson française.
  • En 2015, la chanteuse a mis en scène Résiste, une comédie musicale en hommage à Michel Berger qui reprenait ses plus grands succès.

Il était « son génie », elle était « sa muse ». France Gall et Michel Berger ont formé l’un des couples les plus mythiques de la chanson françaiseIl jouait du piano debout, Musique, Ella elle l’a… Autant de tubes qui ont marqué des générations entières, et qui continuent de résonner aujourd’hui encore.

« C’était un couple fusionnel comme il y en a eu peu dans l’histoire de la chanson française. Un couple qui a traversé les décennies », raconte Fabien Lecoeuvre, spécialiste de la variété française. A eux deux, France Gall et Michel Berger ont composé et interprété quelques-uns des plus grands titres du répertoire national. De La Déclaration à Débranche en passant par Le Paradis blanc, retour sur la love story d’un couple star, à la ville comme à la scène.

>> A lire aussi : La chanteuse France Gall est morte à l'âge de 70 ans

« J’au­rai ce mec et j’au­rai ses chan­sons »

Leur histoire d’amour commence un triste jour de pluie. « France était au volant de son Austin Mini quand elle entend à la radio Attends-moi, l’une des premières chansons de Michel », raconte Fabien Lecoeuvre. Là, c’est la révélation. « Un véritable coup de foudre. France est littéralement subjuguée par ce style différent, tellement futuriste », explique le chroniqueur. A l’été 73, la chanteuse de Poupée de cire, poupée de son est au creux de la vague. Elle sort d’une relation compliquée avec Julien Clerc dans laquelle « elle se sentait enfermée » et veut se débarrasser de « son image d’ingénue ».

« Michel sera son mentor », elle en est sûre. « J’au­rai ce mec et j’au­rai ses chan­sons », aurait-elle confié à l’époque à un ami, raconte le biographe Alain Wodras­cka dans son livre Douce France paru aux éditions du MomentA force d’acharnement et de détermination, elle parviendra finalement à le conquérir, musicalement puis sentimentalement. « A partir de là, ils ne se quitteront plus. Quelques mois plus tard, ils composeront La Déclaration, leur premier grand tube qui scellera leur union à jamais », se souvient Fabien Lecoeuvre. A partir de mars 1978, France Gall tirera un trait définitif sur ses années sixties. Fini les tubes de midinette, l’image de lolita qui lui colle à la peau depuis Annie aime les sucettes… Elle ne chantera dorénavant plus que du Michel Berger.

« Quand on les voyait ensemble, ils étaient tellement fusionnels, c’était assez bouleversant »

« Dans leur vie de couple, Michel Berger composait les albums et France Gall les chantait », raconte Fabien Lecoeuvre. L’auteur-compositeur avait réussi une véritable symbiose avec sa chanteuse. « Il va lui écrire des chansons qui correspondent parfaitement à son style à elle, rythmique et vocal », explique Yves Bigot, journaliste et producteur, dans son livre Quelque chose en nous de Michel Berger paru aux éditions Don Quichotte.

>> A lire aussi : Michel Berger, libre dans sa tête

« Ils avaient un truc, Michel et France, c’est qu’ils allaient tellement bien ensemble, c’était le couple idéal des années 70 à Paris (…) On les avait surnommés les mimis », se souvient le producteur. « Quand on les voyait, ils étaient tellement fusionnels, c’était assez bouleversant », raconte également Fabien Lecoeuvre​. « C’était un couple unique, une muse et son génie, comme Gala et Dali ».

Ensemble, ils connaissent rapidement un succès national, puis international. La France du hit-parade adore leurs mélodies d’un nouveau genre, composées à quatre mains derrière un piano blanc. En 1979, l’opéra rock Starmania, l’une des toutes premières comédies musicales francophones, se joue à guichets fermés. À l’été 1980, La groupie du pianiste et Il jouait du piano debout tournent en boucle à la radio. Et un an plus tard, Résiste, qui sonne comme un hymne à la jeunesse, se classe en tête des hits. Les tubes s’enchaînent alors, les uns après les autres. Dans les années 80, le couple est à l’apogée de son bonheur. Une vie parfaite, couronnée par la naissance de leurs enfants, Pauline (1978) et Raphaël (1981).

Sa dernière scène en 2000 à l’Olympia avec Johnny, « pour rendre hommage à Michel »

La mort de Michel Berger, en 1992, marquera la fin de cette belle aventure, une idylle qui aura duré près de 20 ans. France Gall ne s’en remettra jamais vraiment. « Michel a transformé mon existence, ma vie », avait confié la chanteuse lors d’un documentaire diffusé sur France 3. « Je suis née quand j’ai rencontré Michel, un peu comme la Belle au bois dormant », dira-t-elle.

Sa dernière scène sera d’ailleurs un hommage à son défunt mari qu’elle aimait tant. Le 15 août 2000, France Gall fera sa dernière apparition lors d’un concert de Johnny Hallyday à l’Olympia. « A la surprise générale, elle est montée sur scène à la fin du spectacle pour interpréter Quelque chose de Tennessee avec Johnny, une chanson composée par Michel en 1986 », se souvient Fabien Lecoeuvre. C’est la toute dernière fois que le public la verra en concert.

Mais France Gall rendra un tout dernier hommage à son mari en 2015 avec la comédie musicale Résiste. Vingt-trois ans après la mort de Michel Berger, le spectacle mettra à l’honneur les plus grands succès du couple Gall/Berger depuis Dancing Disco jusqu’à leur dernier album enregistré ensemble.