Mort de Johnny Hallyday: Les brouilles les plus mémorables du chanteur

RELATIONS Les conflits de la star ont souvent été étalés sur la place publique...

Delphine Bancaud

— 

Michel Sardou et Johnny hallyday lors du du diner d'ouverture de l'Elysées Matignon. Paris, FRANCE - 16/09/1977

Michel Sardou et Johnny hallyday lors du du diner d'ouverture de l'Elysées Matignon. Paris, FRANCE - 16/09/1977 —

A écouter le déluge d'hommages élogieux qui déferle depuis l’annonce du décès de Johnny Hallyday mercredi, on aurait presque l’impression que le chanteur n’a eu que des amis et n’a connu aucun désaccord. La réalité est évidemment plus nuancée, la vie du « Taulier » ayant aussi été émaillée de ruptures fracassantes. 20 Minutes revient sur trois d’entre elles.

Sardou-Hallyday, une amitié qui se transforme en joute verbale par médias interposés

Johnny Hallyday et Michel Sardou en 2002.
Johnny Hallyday et Michel Sardou en 2002. - ERIC FEFERBERG / AFP

Les deux chanteurs ont démarré à la même époque et Michel Sardou a d’ailleurs fait les premières parties de concerts de Johnny Hallyday au début des années 70, avant d’atteindre comme lui, la barre des 100 millions d’albums vendus. Tout d’abord très amis, les deux vedettes ont partagé plusieurs fois des duos télé et la scène,notamment au Stade de France en 1998 et effectué ensemble la toute première tournée des Enfoirés en 1989.

Mais dans les années 2000, la rupture amicale est consommée entre les deux stars. Et dans l’autobiographie Dans mes yeux, publiée en 2013, que l’on en comprend la raison. « On s’est fâché il y a quelques années parce qu’il a fait une vanne sur scène. Il a dit en parlant de Jade [la fille de Johnny et de Laeticia] : "Johnny avec sa Viet-cong" et je ne lui ai plus dit bonjour », explique Johnny. Mais Michel Sardou a nié avoir tenu ses propos et semblait regretter de ne pas avoir pu s’expliquer avec son ancien comparse : « Lorsqu’on a un différend, il faut être capable de se dire ce qui s’est passé. Lui, il ne veut pas. Ben alors mon gars, c’est fini », disait l’interprète des Lacs du Conne­mara à Paris Match en 2014. Les deux stars ont ensuite multiplié les joutes verbales par médias interposés : « Michel, finalement aujourd’hui je me fous de lui. À une époque, c’était un type drôle et spirituel, maintenant, il n’est plus marrant du tout, il veut trop donner des leçons à tout le monde », a par exemple déclaré Johnny à Paris Match en 2015. « Je veux bien que l’on fasse des commentaires sur les Mémoires de La Roche­fou­cauld, mais ceux de Johnny, je m’en tape », lui répondait Sardou dans Le Figaro.

Mais ces années de facherie, n’ont pas empêché Michel Sardou de saluer la mémoire de Johnny. « Gardons-le dans notre cœur, comme nous chérissons notre jeunesse », a-t-il déclaré dans un communiqué à l’AFP ce mercredi. « Johnny a été courageux jusqu’au bout. Malheureusement il y a des combats qu’aucun homme, aussi fort soit-il, ne peut gagner. Souvenons-nous des grands moments qu’il nous a offerts », poursuit-il.

Jean-Claude Camus, son manager historique, répudié avant d’être réintégré au clan

Le 16novembre 1999, Johnny Hallyday et Jean-Claude Camus,à Paris. AFP PHOTO / JEAN-PIERRE MULLER
Le 16novembre 1999, Johnny Hallyday et Jean-Claude Camus,à Paris. AFP PHOTO / JEAN-PIERRE MULLER - AFP

Il a été le manageur de la star de 1982 à 2010 et donc a été l’un des artisans de son succès. Pourtant cette belle complicité professionnelle s’est rompue en 2010, date à laquelle Johnny congédie Jean-Claude Camus. « Il me demandait 12 millions. Je ne les avais pas, alors il est allé voir ailleurs », a expliqué le manager. Mais dans une interview donnée à Claire Chazal sur TF1 en 2011, Johnny Hallyday avançait une autre explication. Il expliquait ne pas avoir apprécié les critiques de Jean-Claude Camus sur le neurochirurgien Stéphane Delajoux qui avait opéré le chanteur en 2008 et 2009. « Je ne conserve aucune relation avec lui. On ne touche pas à ma famille. M. Camus est un menteur, il dit des choses qui sont fausses. Comme lorsqu’il avait fait dire que Laeticia avait traité de boucher le docteur Delajoux, ce qui est complètement faux. Je ne sais pas où il a été chercher cette fantaisie. Il n’y a pas de hasard, pour moi il n’existe plus », avait-il affirmé.

Le silence a duré six ans, jusqu’au jour où Jean-Claude Camus a pris la défense de Johnny dans les médias, lorsque ce dernier était accusé par Adeline Blondieau d’agressions sexuelles. Les deux hommes se retrouvent alors comme s’ils ne s’étaient pas quittés. Jean-Claude Camus confie d’ailleurs dans Le Parisien avoir été présent aux côtés de la star ces derniers jours : « Je n’oublierai jamais mon anniversaire, fin octobre dernier, où il m’a fait la surprise d‘apporter un gâteau. Et cette dernière soirée passée ensemble, samedi, grâce à Laeticia. (…) Samedi Johnny était alité et très très fatigué, mais très conscient et encore blagueur. Après le dîner avec Laeticia et sa famille, je suis allé lui dire au revoir et il m’a chambré : "Tu as une tâche sur ton pull-over". Elle était tellement infime que j’ai mis dix minutes à la trouver. Johnny m’a épaté une dernière fois », confie-t-il.

Adeline Blondieau sa femme à deux reprises, avec laquelle il s’est écharpé publiquement

Johnny Hallyday et Adeline Blondieau Bayonne, 18/02/1990.
Johnny Hallyday et Adeline Blondieau Bayonne, 18/02/1990. - SIPA

Leur mariage avait fait couler beaucoup d’encre. Car lorsque Johnny épouse Adeline Blon­dieau, la fille de son ami et parolier Chris­tian Blon­dieau en 1990, elle n’a que 19 ans et 28 ans de moins que la star. Une union qui durera deux ans. En 1994, le couple décide pourtant de s’unir de nouveau, lors d’une cérémonie à Las Vegas. Avant de divorcer un an plus tard.

Mais leurs relations tapageuses refont surface en 2013 dans l’autobiographie de Johnny Hallyday, où il torpille son ex : « Adeline était hystérique, à la moindre contrariété, elle balançait les chaises par la fenêtre (…) C’est un serpent, elle me cocufiait tout le temps. Elle me trompait avec tous les petits mecs de Saint-Tropez et jouait les saintes-nitouches ». Des propos qui piquent au vif Adeline Bondieau qui décide de porter plainte pour diffamation, demandant le retrait des passages du livre. Entendue comme témoin lors du procès, elle porte de lourdes accusations sur le chanteur : « Il m’a violée quand j’avais 14 ans, 15 ans, chez mes parents (…) Il a abusé de moi. On n’en a jamais parlé lui et moi ».

Mais ce mercredi, la comédienne a quand même remplacé sa photo de profil sur Facebook par un cadre noir en signe de deuil… Ce qui lui a valu des commentaires indignés des fans du chanteur.

Capture d'écran du compte d'Adeline Blondieau.
Capture d'écran du compte d'Adeline Blondieau. - Capture d'écran de Facebook.