A ses débuts, Johnny Hallyday a rencontré le succès avec des versions francophones de tubes anglo-saxons. Une pratique courante à l’époque pour les jeunes artistes français. C’est ainsi que Black is Black des Los Bravos, The House of Rising Sun des Animals ou Mr Lonely de Bobby Vinton sont respectivement devenues Noir c’est noir, Le Pénitencier ou Quand revient la nuit

>> Suivez les réactions en direct par ici...

Mais ce que l’on sait un peu moins, c’est que le rockeur, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, a aussi chanté dans d’autres langues que le Français, avec plus ou moins de succès…

Lire aussi: La liste (subjective) des dix chansons qui ont marqué la carrière de Johnny

  • « Quanto t’amo, quanto t’amo, quanto t’amo ! », le tube italien

Quand Johnny s’époumone en italien sur Que je t’aime, il clame Quanto t’amo. De l’autre côté des Alpes, ou elle a atteint la première place du hit-parade cette chanson est la plus connue de l’artiste.

On a aussi une tendresse particulière pour cette reprise épique de J’ai un problème : lui, n’accentue aucun mot, Sylvie Vartan en fait des tonnes.

  • « J’ai oublié de vivre » dans la langue de Julio Iglesias

En espagnol, J’ai oublié de vivre devient littéralement Me olvidé de vivir. Julio Iglesias popularisera cette chanson à l’ajoutant à son répertoire, mais Johnny Hallyday l’a également chantée dans la langue de Cervantès.

Le journaliste Carlos Toro, qui signe ce mercredi la nécrologie de la star pour El Mundo, raconte qu’il a « travaillé avec lui pendant presque un mois à Paris, en 1981, pour adapter ses grandes chansons en espagnol ». Malgré tout, la notoriété de notre Jojo restera des plus confidentielles de l’autre côté des Pyrénées.

  • En anglais, comme Presley

Le « Elvis français » a aussi chanté dans la langue de Presley. La base. Comme son idole, il a livré son interprétation de C. C. Rider, standard du blues créé par le Ma Rainey Georgia Jazz Band en 1924.

Un morceau qu’il jouera en concert. Comme lors de cette date lyonnaise, au début des années 1980 que relate Serge Loupien dans son livre Johnny Hallyday, la dernière idole. « [Il interprète] l’introduction de C.C. Rider. A toute allure. La foule exulte, les musiciennes sourient. « Voilà, c’était pour vous montrer. Parce qu’il y en a qui prétendent que je ne sais pas jouer de la guitare. Et vous savez pourquoi ils prétendent ça ? Parce qu’ils sont incapables de jouer… avec des gants ! » Oui, ce soir-là, Johnny avait la main gantée.

>> Suivez en direct les informations liées au décès de Johnny Hallyday

  • Johnny s’est aussi essayé à l’allemand

Vous connaissez les Rattles ? Probablement pas. Johnny Hallyday, lui, en revanche a enregistré un album avec ce groupe allemand célèbre dans le monde germanophone. Il a notamment chanté avec eux Lass die Leute doch reden (« Laisse les gens parler »), une reprise de Keep Searchin’de Del Shannon.

  • « Que je t’aime » en japonais, ça donne ça…

Plus balaise encore : chanter en japonais. En 1973, le Pays du Soleil levant a pu profiter d’une version nippone de Que je t’aime. On suppose que Johnny Hallyday l’interprète purement en phonétique…