«Nos Vacances» de Blexbolex remporte la Pépite d'or du Salon du livre jeunesse de Montreuil

KIDS Album sans texte ni dialogue, «Nos Vacances», de l'illustrateur Blexbolex, remporte la récompense suprême de l'édition jeunesse au salon de Montreuil qui a ouvert ses portes ce mercredi

Stéphane Leblanc

— 

L'album Nos Vacances de l'illustrateur Blexbolex

L'album Nos Vacances de l'illustrateur Blexbolex — S.LEBLANC / 20MINUTES

  • Nos Vacances, petit album par le format, mais grand par la qualité, remporte la Pépite d'or du Salon du livre de Montreuil.
  • L'illustrateur Blexbolex excelle dans une narration entièrement confiée à l'image.
  • D'autres livres ont été primés par un jury de jeunes lecteurs.

C’était notre chouchou, la preuve qu’on a gardé notre âme d’enfant. Le ravissant petit album Nos Vacances, de Blexbolex, conseillé dès 6 ans par son éditeur Albin Michel Jeunesse, a remporté ce mercredi la Pépite d’or du meilleur album 2017 au Salon du livre jeunesse de Montreuil (Seine Saint-Denis).

Un curieux livre que ce Nos Vacances, avec son encre granuleuse ou son sens de lecture sous forme de vignettes insérées dans des doubles pages au format A4 plié en deux. Un album sans texte ni parole, ce qui ne gêne pas, bien au contraire, parce que « l’histoire, c’est la partie que le lecteur doit jouer et s’expliquer à lui-même », explique l’auteur qui ne cache pas sa proximité artistique et amicale avec Winshluss, le lauréat de l’an dernier.

Alors cette histoire, quelle est-elle ?

C’est une histoire de petite fille en vacances chez son grand-père. Elle rêve d’un camarade de jeu mais celui qui va venir la rejoindre est… un éléphanteau, avec qui elle va devoir partager ses repas, ses jeux et son grand-père. « Nos Vacances est un drame minuscule auquel j’ai tenté de donner une dimension plus importante que les faits effectivement relatés », explique Blexbolex. Cette histoire de déception qui se transforme en méchanceté puis en attachement avant que tout ne redevienne comme avant, « c’est pour moi tout le sel et la valeur de l’enfance », souligne encore l’auteur.

>> A lire aussi : Winshluss: «Il fallait que le livre se termine bien, c'est mon fils qui me l'a demandé»

Qui est l’auteur, Blexbolex ?

Blexbolex s’appelle en réalité Bernard Granger. Fringant quinquagénaire originaire du Nord de la France, il vit aujourd’hui à Leipzig, en Allemagne. Ses précédents ouvrages jeunesse, L’Imagier des gens, Saisons ou Romance, avaient déjà frappé les esprits par le soin apporté aux couleurs et à la composition. La technique d’illustrateur de Blexbolex relève de la sérigraphie. La qualité du papier est très importante pour lui. Car en l’absence de texte, l’image est fondamentale. « J’essaie de fondre toutes les questions dans une atmosphère… Je ne cherche pas à guider le sens de manière trop évidente, ni à délivrer un message… Le son et les dialogues sont l’imaginaire de ce livre… »

>> A lire aussi : Quel est le livre jeunesse que vous offrez tout le temps?

Sans parole, le lecteur est en effet libre de mettre les mots qu’il veut dans la tête des personnages. On comprend aussi, malgré tout, qu’il y est question d’ouverture à l’autre, à celui que l’on n’attend pas, qui ne nous ressemble pas, mais qui peut nous surprendre et nous émerveiller.

Quelles sont les autres pépites ?

Le rayonnement de ce petit livre merveilleux risquerait d’éclipser, à tort, les autres Pépites, remises, pour la première fois cette année, par de jeunes lecteurs sélectionnés par le partenaire du salon, France Télévisions. Elles ont été remises à Colorama - imagier des nuances de couleurs, de Crushiform (Gallimard), Des poings dans le ventre, de Benjamin Desmares (Le Rouergue) et Momo, de Jonathan Garnier et Tony Hotin (Casterman), dans leurs catégories respectives : livre illustré, roman et bande dessinée.

>> A lire aussi : Zep à Montreuil: «Les enfants ne veulent pas être pris pour des idiots»

 

Mots-clés :