Vendredi, l’actrice Aurora Perrineau a accusé le scénariste Murray Miller de l’avoir violée en 2012. Dans sa déposition à la police de Los Angeles, elle a expliqué qu’elle l’avait rencontré lors d’une soirée alors qu’elle était âgée de 17 ans. Selon le site The Wrap, elle aurait déclaré que, ce soir-là, elle avait suivi ses amis qui raccompagnaient Miller chez lui car il était saoul. « Je me suis réveillée nue dans son lit. Il était sur moi, en train d’avoir un rapport sexuel avec moi. A aucun moment je n’ai consenti à avoir un quelconque contact sexuel avec Murray », aurait-elle affirmé.

Des accusations « fausses et offensantes », selon les avocats de Murray Miller

Dans un communiqué, les avocats de Murray Miller ont démenti ces allégations et assurent que son équipe juridique « a recueilli des preuves accablantes qui contredisent directement ces accusations fausses et offensantes ». Le scénariste a également reçu le soutien de la comédienne Lena Dunham, créatrice de la série Girls pour laquelle il a écrit des scénarios. « Je crois en plein de choses, mais mon principe premier est de soutenir ceux qui m’ont aidée, qui ont rempli mon monde d’amour », a-t-elle tweeté.

Dans un communiqué cosigné avec Jenni Konner, autre showrunner de Girls, et publié par le site du Hollywood Reporter, elle écrit : « Même si notre instinct nous dit d’écouter les histoires de chaque femme, notre connaissance personnelle de la vie de Murray nous conforte dans l’idée que malheureusement, cette accusation fait partie des 3 % de faux cas d’agressions sexuelles signalés chaque année. Il est honteux de contribuer à faire augmenter ce chiffre, alors qu’en dehors de Hollywood, les femmes doivent encore se battre pour être crues. »

« Ce n'était absolument pas le moment de faire une telle déclaration »

Des propos surprenants de la part de Lena Dunham, connue pour ses prises de positions féministes, et qui ont soulevé l’indignation de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux. Certains ont ainsi mis sa déclaration en parallèle avec un tweet qu’elle a posté cet été et dans lequel elle écrivait : « Une chose au sujet de laquelle les femmes ne mentent jamais : le viol ». « Les femmes ne mentent pas sur le viol, sauf celles qui accusent mon ami », a cinglé une auteure et productrice.

Samedi soir, Lena Dunham a rétropédalé. « Je comprends que ce n’était absolument pas le moment de faire une telle déclaration et j’en suis désolée. (…) Toute femme mérite d’être entendue, pleinement et complètement, et la relation que l’on a avec la personne qu’elle accuse ne doit pas entrer en ligne de compte. »

Et de conclure : « Alors que l’on vit dans un système patriarcal, il est essentiel de dire : "Je te crois". Tant que tout le monde ne sera pas cru, aucun de nous ne sera cru. Nous présentons nos excuses à toutes les femmes que nous avons déçues. »