La ministre de la Culture veut porter plainte après la publication de documents «internes» dans «Le Monde»

FUITE Le quotidien du soir a publié lundi un article sur les réformes de l’audiovisuel public - dont un regroupement de France Télé et Radio France dans une « holding » - envisagées par le ministère. Des « pistes de travail » que Françoise Nyssen n’aurait pas validées…

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de la Culture Françoise Nyssen lors d'une conférence à La Rochelle en juin 2017.

La ministre de la Culture Françoise Nyssen lors d'une conférence à La Rochelle en juin 2017. — XAVIER LEOTY / AFP

La ministre de la Culture ne veut pas fermer les yeux sur ces fuites qui pourraient faire l’effet d’une bombe dans le service public. Françoise Nyssen a annoncé lundi soir qu’elle voulait porter plainte contre X après que des documents « internes », « non validés », contenant des « pistes de travail » sur la réforme de l’audiovisuel public ont été publiés dans un article du Monde.

Sur son site, le quotidien dit avoir eu accès à un document du ministère qui aurait dans l’idée « de regrouper France Télévisions, Radio France et les autres sociétés du secteur » au sein d’une holding. La suppression de France Ô et la limitation à une diffusion numérique de France 4 et de la radio Mouv’(ex-Le Mouv) seraient aussi envisagées, de même qu’un rapprochement des réseaux de France 3 et de France Bleu parallèlement à une « fermeture » des bureaux régionaux de France 2. Le cas échéant, des suppressions de postes ne seraient pas exclues, souligne l’article. Il ne faut pas dix secondes pour dire que ces pistes sont de la dynamite.

Des hypothèses qui « ne sont pas validées par la ministre »

Ces documents « n’avaient pas vocation à être rendus publics », a déclaré Françoise Nyssen dans un communiqué tout en exprimant sa « stupéfaction ». Son ministère a précisé que les hypothèses évoquées par Le Monde « ne sont pas validées par la ministre ».

Le gouvernement a lancé une consultation sur l’avenir de l’audiovisuel public et les patrons des grands groupes concernés ont été invités à présenter des pistes de réforme. Ils doivent rendre leur copie ce mercredi.