Affaire Harvey Weinstein: «Tout le monde savait, putain!», un scénariste accuse

CINEMA Scott Rosenberg dénonce l'hypocrisie d'Hollywood, des politiques et des médias...

P.B.

— 

Le producteur Harvey Weinstein avec les acteurs Matt Damon et Ben Affleck.

Le producteur Harvey Weinstein avec les acteurs Matt Damon et Ben Affleck. — Charbonneau/Shutterstoc/SIPA

« Il faut qu’on parle d’Harvey. » Dans un long billet publié sur Facebook (depuis passé en privé) et repris par le site Deadline, le scénariste Scott Rosenberg (Beautiful Girls, High Fidelity) livre une confession complexe sur le système Weinstein, dont tout le monde ou presque a profité à Hollywood. Il y dénonce l’hypocrisie des acteurs, des producteurs, des réalisateurs, des journalistes et des politiques. « Everybody fucking knew », tonne-t-il. « Tout le monde savait, putain. Je le sais, j’étais là. »

« Je n’ai rien dit, je n’ai rien fait »

« Peut-être qu’on ne connaissait pas la magnitude de l’horreur, les viols notamment, on n'en avait pas entendu parler. Mais on savait tous qu’il y avait quelque chose d’odieux, quelque chose de pourri. Son appétit, sa voracité, comme un ogre glouton. Ses vagues promesses sur le canapé pour un rôle hypothétique. On connaissait tous quelqu’un qui avait subi ses avances […] dans une chambre d’hôtel, en peignoir, ses demandes de massage. « Je suis désolé et j’ai honte », confesse Rosenberg. « Car au final, j’étais complice. Je n’ai rien dit. Je n’ai rien fait. »

« Fausse indignation »

Pourquoi avoir détourné le regard ? « Harvey nous faisait vivre la grande vie. Il produisait nos films. Nous invitait aux Golden Globes. Nous présentait Al Gore. Nous emmenait faire la fête avec Quentin [Tarantino] et Uma [Thurman]. Les week-ends des Oscars. Sundance ! Cannes ! Berlin ! Venise […] Il avait la générosité volcanique d’un monarque et l’exigence d’une loyauté totale d’un parrain de la mafia. »

S’il fait son mea culpa, le scénariste appelle tout le monde à Hollywood à faire de même, « au lieu de se cacher derrière une fausse indignation », comme Ben Affleck (« Je suis triste et en colère »), Matt Damon (« En tant que père de quatre filles, ce type de prédation sexuelle me réveille la nuit »), George Clooney (« Je n’ai jamais été témoin de ce type de comportements ») ou Meryl Streep (« Tout le monde n’était pas au courant »). « Je sais qui vous êtes », termine Rosenberg, sans donner de noms. « J’étais là, avec vous. Et everybody fucking knew ».

Mots-clés :