Angelo Di Marco, l'homme qui transformait les crimes sordides et les accidents en chefs-d'œuvre

DECRYPTAGE Alors que, samedi, des centaines d’illustrations d’Angelo di Marco seront vendues aux enchères à Paris, l’expert François Meyniel analyse cinq œuvres de l’artiste pour « 20 Minutes »…

Propos recueillis par Fabien Randanne

— 

«Récupération in extremis d'un soldat israélien cerné par l'ennemi», dessin d'Angelo Di Marco. Lancer le diaporama

«Récupération in extremis d'un soldat israélien cerné par l'ennemi», dessin d'Angelo Di Marco. — Angelo DI MARCO

  • Angelo Di Marco (1927-2016) était connu pour ces illustrations de faits divers.
  • 300 œuvres de l’artiste sont exposées au public de jeudi à samedi matin à Paris. Elles seront mises en vente aux enchères samedi 17 juin.
  • L’expert François Meyniel explique que le style de Di Marco se définit par ses cadrages improbables et son trait saisissant.

Des grimaces d’effroi, des regards horrifiés, des bouches tordues par les cris… Le crayon aux traits hyperréalistes d’Angelo di Marco, parvenait à retranscrire l’atrocité des crimes sordides et des accidents tragiques dans les rubriques faits divers de L’Evénement du jeudi, de France Soir, du Monde ou du Nouveau détective. Samedi, quelque 300 dessins originaux de cet artiste, décédé en décembre à l’âge de 89 ans, seront mis en vente aux enchères à Paris*. Pour 20 Minutes, l’expert en charge de l’événement, François Meyniel, commente cinq de ces œuvres

  • « Nadine Vaujour, l’amour donne des ailes »
«Nadine Vaujour, l'amour donne des ailes», illustration parue dans «L'Evénement du jeudi».
«Nadine Vaujour, l'amour donne des ailes», illustration parue dans «L'Evénement du jeudi». - Angelo DI MARCO

 

« Ce dessin illustre l’évasion en hélicoptère de Michel Vaujour de la prison de la Santé, avec l’aide de son épouse Nadine. Angelo Di Marco avait des cadrages très cinématographiques, improbables. Il se met toujours dans la position d’un observateur privilégié et retranscrit le moment incroyable, où il aurait fallu être là. Sur cette œuvre, c’est comme si on avait le point de vue d’un drone, à côté de l’hélico. La perspective est saisissante.
Di Marco a fait ce dessin à partir du titre, « L’amour donne des ailes », et du brief de trois lignes envoyés par la rédaction de L’Evenement du jeudi. Il les a interprétés avec son pouvoir d’imagination hors-norme. »

  • « Affaire de drugs [sic] dans salon de massage »
« Affaire de drugs dans salon de massage», illustration parue dans «Le Nouveau détective» numéro 114.
« Affaire de drugs dans salon de massage», illustration parue dans «Le Nouveau détective» numéro 114. - Angelo DI MARCO

 

« Cette œuvre montre le Angelo Di Marco metteur en pages. Il lui arrivait de réaliser des illustrations en fonction de la mise en page. Ici, la réserve de blanc permettait au texte de se superposer. Et avec cela, il raconte une histoire, avec un sens de lecture. Dans le coin haut à gauche, la police surgit, le regard se dirige ensuite vers l’homme nu et la fille dénudée dans le coin bas à droite. L’érotisme soft permet de comprendre qu’on est dans un salon de massage. »

  • « Flacon de neige »
«Flacon de neige», illustration parue dans «Detective».
«Flacon de neige», illustration parue dans «Detective». - Angelo DI MARCO

« Le cadrage, au ras du sol, est incroyable, c’est comme si on était intégré dans la moquette. Le dessin évoque sans doute un suicide, on peut imaginer que la personne qui ramasse le revolver est un policier. On peut remarquer une déformation du bras et de la main qui pend, on n’est pas loin du domaine de la photographie et du grand-angle. Quant au titre, « flacon de neige », on peut imaginer qu’il est question d’une affaire de drogue. Généralement, les intitulés donnés par les journalistes sont plus descriptifs et accrocheurs, tels que "A Nice, les agresseurs lâchent leurs chiens sur la vieille dame". »

  • « Récupération in extremis d’un soldat israélien cerné par l’ennemi »
«Récupération in extremis d'un soldat israélien cerné par l'ennemi», illustration parue dans «France Soir Magazine» en 1994.
«Récupération in extremis d'un soldat israélien cerné par l'ennemi», illustration parue dans «France Soir Magazine» en 1994. - Angelo DI MARCO

« Angelo Di Marco maîtrisait moins la couleur, ça se sent dans son trait. Il n’empêche que cette illustration, parue dans France Soir Magazine en 1994, est très belle. On est dans une esthétique très américaine du pulp, ces romans populaires souvent abracadabrants. Et on retrouve toujours ce cadrage cinématographique. »

  • « Si on privatisait tout ça ? »
«Si on privatisait tout ça ?», illustration parue dans «L'Evenement du jeudi».
«Si on privatisait tout ça ?», illustration parue dans «L'Evenement du jeudi». - Angelo DI MARCO

 

« Là, on est dans le registre humoristique très acide. Sur cette caricature, montrant l’Assemblée nationale sponsorisée, on reconnaît Georges Marchais, Valéry Giscard d’Estaing, Georges Pompidou… Cette critique sévère de la classe politique qui pourrait se dévoyer facilement reste d’actualité. Que cette œuvre soit mise en vente samedi, à la veille du second tour des législatives tombe à point nommé.

Il est vrai qu’Angelo Di Marco est très connu pour ses illustrations de faits divers, mais il a aussi fait de la bande dessinée, a livré des dessins érotiques sous le pseudonyme de Arcor et signé des couvertures de romans historiques ou à l’eau de rose. Il était un artiste complet. »

* « Di Marco – L’atelier du fait divers ». Expositions publiques : Jeudi 15 juin et vendredi 16 juin, de 11h à 18h et samedi 17 juin de 11h à 12h. Vente aux enchères : Samedi 17 juin à 14h30. A la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, 6, avenue Hoche, Paris 8e,