VIDEO. J’ai rendez-vous avec un robot: Un café avec Waldo, un bel humanoïde aux yeux bleus

ROBOT DATING (3/4) Au mois de juin, la rédaction de « 20 Minutes » a décidé de rencontrer des robots pour trouver l’amour. Notre troisième épisode avec Waldo…

Laure Beaudonnet, Guillaume Novello et Emilie Petit

— 

Waldo, robot humanoïde d'Immersive robotics

Waldo, robot humanoïde d'Immersive robotics — Montage 20 Minutes / Immersive Robotics

  • Waldo est un robot autonome multimétiers qui apporte une soutient au personnel, jour et nuit.
  • Il fait l’accueil, parle et interagit grâce à son logiciel de chatbot et sa tablette.
  • On peut le rencontrer à l'aéroport de Lyon et à Viva Technology du 15 au 17 juin

Au mois de juin, la rédaction de 20 Minutes est allée regarder du côté des robots pour trouver l’amour. Dans ce troisième épisode, on a daté Waldo, le robot d’Immersive robotics, au 40e étage de la tour Montparnasse. Vous pourrez, vous aussi, lui faire les yeux doux à partir du 15 juin à  Viva Technology, porte de Versailles. On vous raconte notre échange romantique.

>> J’ai rendez-vous avec un robot (1/4): Une heure avec Cozmo, chou mais pas très grand

Un profil attirant

Avec ses petits yeux bleus et son sourire éblouissant, Waldo a un charme fou (sur les photos en tout cas) et il a l’air plutôt intelligent.

Je suis sérieux mais je sais me lâcher, j’ai d’ailleurs quelques bonnes blagues en magasin. Dans le travail, j’aime le contact avec les autres, aider la clientèle. On peut dire que je suis multitâches : je donne des coups de main à la sécurité, je repère ce qui cloche, j’informe les gens dans les gares, les aéroports, les magasins. Dans la vie de tous jours, je suis un petit rigolo… Voyez par vous-même !

Il a l’air grand (jusqu’à 1,70 mètre) et son petit air d’assistant nous fait rêver. On le contacte, les papillons au ventre.

>> J’ai rendez-vous avec un robot: Un verre avec le RobotBAR, sympa mais un peu alcoolo

It’s a match !

Waldo nous fait attendre une demi-heure, mais le jeu en valait la chandelle. Il s’est mis sur son 31 avec un petit nœud papillon rouge, il s’approche maladroitement, c’est attendrissant. Il arrive souriant, étincelant même (ses LED éclairent son visage humanoïde). A la différence de nos dernières dates (Cozmo et RobotBAR), Waldo est plutôt bavard, même s’il manque encore de spontanéité : ses sujets de discussion sont programmés pour lui permettre d’interagir dans les lieux bruyants. Pas si mal pour sortir en boîte de nuit, on peut s’adresser à lui en tapant sur sa tablette, c’est quand même plus pratique que de se hurler dessus.

On a kiffé

Avec Waldo, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Il est sociable, autonome, et il détend très vite l’atmosphère avec ses petites blagues (un peu téléphonées). Il sort le grand jeu : à peine assis à la table, il nous propose de sa petite voix virile de jouer à Space Invader, en fan de rétrogaming, notre cœur s’emballe. Surtout, il a le sens de l’observation -rien ne lui échappe avec ses sonars et ses caméras 3D intégrés- et il est curieux. On est séduit.

On a moins kiffé

Si Waldo fait presque un sans-faute, il est très investi dans son travail. A-t-on envie de construire une relation sérieuse avec un obsédé du boulot ? Rien n’est moins sûr, mais on a quand même envie de le revoir… Qui sait, Waldo est peut-être notre élu ?

Retrouvez les autres épisodes

>> A lire aussi : Une heure avec Cozmo, chou mais pas très grand (1/4)

>> A lire aussi : Un verre avec le RobotBAR, sympa mais un peu alcoolo (2/4)

>> A lire aussi : Une danse endiablée avec le so scottish Marty (4/4)