Le dessinateur de «Blacksad» se réjouit de la future adaptation de sa BD en jeu vidéo

MULTIMÉDIA Une adaptation vidéo-ludique de la BD culte a été annoncée en fin de semaine. L’un des deux auteurs, l’Espagnol Juanjo Guarnido, confirme l’information à « 20Minutes »…

Olivier Mimran

— 

Blacksad, le matou détective privé

Blacksad, le matou détective privé — © J. Diaz Canales, J. Guarnido & Dargaud 2017

Le matou détective privé devrait ronronner de bonheur. Ses créateurs, en tout cas, sont soulagés car après des années de rumeurs et de négociations improductives, la série BD Blacksad va enfin devenir un jeu vidéo. C’est la société française Microïds (Still Life, Agatha Christie : The ABC Murders, Dracula, Atlantis etc) qui, à la veille de l’E3, en a fait l’annonce en précisant que le titre paraîtra fin 2018 sur XBox One, PS4, Nintendo Switch et PC.
 

« Beaucoup d’enthousiasme autour du projet »

Interrogé par 20 Minutes, Juanjo Guarnido, le dessinateur de la série BD originelle, confirme l’avancée du projet : « Les personnes à l’initiative du jeu ont contacté Dargaud (NDR : l’éditeur de la BD) avec une idée aboutie, un concept fort qu’ils ont présenté sous forme de story-board. Le studio, les gens de Dargaud, Juan - Diaz Canales, le scénariste de Blacksad - et moi-même nous sommes donc réunis et comme on a perçu beaucoup d’enthousiasme de la part des futurs concepteurs du jeu, on leur a dit “ok”. »
 

Si Microïds a un vrai savoir-faire en matière d’adaptation vidéo ludique de BD (le studio a déjà conçuSybéria, d’après l’œuvre de Benoît Sokal), Canales et Guarnido ont quand même tenu à valider le concept : « Juan et moi avons précisé le type de jeu et surtout l’esthétique qu’on espérait. En tant que graphiste, je tenais beaucoup à ce que les ambiances, les lumières présentes dans l’album soient reproduites le plus fidèlement possible. Et à ce que l’animation soit irréprochable, car la BD est réputée pour le dynamisme de sa mise en scène et de ses personnages… Pour autant, une fois la réalisation lancée, elle échappe à notre contrôle ; on ne supervise rien. Et d’ailleurs, on ne s’imagine pas en train d’imposer nos choix artistiques. »

Du polar « point n’click »

Fort d’un budget « conséquent » (mais secret) et « d’ambitions admirables », Microïds aurait confié la réalisation du titre au studio espagnol Pendulo (Yesterday, Runaway etc). « Je crois que ce sera un “pointer-et-cliquer” (point n’click), précise Juanjo Guarnido. C’est-à-dire que le personnage aura des choix à faire et qu’on le déplacera en cliquant sur des flèches, que les étapes seront entrecoupées de cinématiques, etc. En tout cas, la trame narrative est forte et on a pris garde à ce qu’elle n’interfère pas avec les récits de la série BD. »
 

Rappelons que la série Blacksad met en scène, dans un univers anthropomorphe, un gros matou détective privé évoluant dans les États-Unis des années 1950. Cinq tomes de ce polar hors-norme sont déjà sortis, le sixième entrant juste en chantier : « On est en plein travail mais la date de sortie du prochain tome de Blacksad est repoussée car je dessine en ce moment un one-shot scénarisé par Alain Ayrolles et Juan termine le prochain Corto Maltese. Mais on se voit régulièrement et les choses avancent bien. En tout cas, il faudra attendre au moins deux ans avant de retrouver Blacksad en librairie. Désolé pour les fans ! Enfin, ils pourront patienter avec le jeu puisqu’il sortira avant (rires). »
 

Les connexions entre BD et jeu vidéo

Lorsqu’on lui demande, justement, s’il imagine déjà Blacksad en mouvement, Guarnido sourit : « Je me réjouis d’avance de voir nos personnages bouger, oui. Ma seule crainte, c’est que le résultat final ne soit pas, en terme d'animation, aussi soigné que je l’espère. Mais bon, j’ai quand même confiance dans le sérieux et le savoir-faire des développeurs. »
 

Quant au bénéfice que cette adaptation pourrait apporter à la série BD, l’Espagnol se montre réaliste : « Le jeu apportera indéniablement plus de visibilité à la série BD, et c’est une très bonne chose, car les amateurs de jeu vidéo ne connaissent peut-être pas Blacksad... Je pense que BD et jeu vidéo sont des médiums naturellement interconnectés, alors je trouve chouette l’idée que Blacksad prenne vie et se développe sur un autre support ».
 

Après le jeu, le film ?

Justement, tiens : l’autre « arlésienne » de Blacksad, c’est son adaptation au cinéma, souvent annoncée mais jamais concrétisée. « C’est toujours dans l’air, souligne Juanjo Guarnido. Le producteur Thomas Langmann a finalement cédé les droits récemment. Dargaud négocie donc avec d’autres productions et je crois que des contrats sont sur le point d’être signés. Là aussi, les projets sont ambitieux et les budgets évoqués conséquents ; c’est normal car reproduire l’univers de Blacksad sur grand écran suppose une débauche d’effets spéciaux et de 3D. En tout cas, ça n’est plus du tout entre nos mains, et comme pour le jeu vidéo, Juan et moi ne sommes plus que spectateurs de ce qui se joue. »

Mots-clés :