Désormais, les fêtards prendront le RER, puis un Transilien (ouais, un Transilien)

DANSE Après la gare Saint-Lazare, Surprize organise une fête au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, confortant une tendance aux fêtes parisiennes extra-muros…

Benjamin Chapon

— 

le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines

le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines — Phunk

Le festival Rendez-vous du Hip-Hop, conçu pour montrer la vitalité du genre dans tous ses aspects (musique, danse, graff…) s’achève samedi soir lors d’une grande soirée donnée, comme un symbole, sous le périphérique dans le mythique Espace Villette, qui a longtemps accueilli l’école nationale de cirque, et sera désormais dédié aux cultures de Paris extra-muros.

>> Catacombes, musée du Louvre, usine Citroën... Quels lieux parisiens peuvent se transformer en clubs électro géants ?

L’événement pourrait donner envie aux fêtards mélomanes de s’aventurer au-delà du périphérique. Nombreux sont ceux qui ont déjà franchi le pas et y ont trouvé leur bonheur. Depuis plusieurs années, des collectifs alternatifs y organisent des soirées électro loin des espaces parisiens exiguës. Il y a, bien sûr, la Halle Papin, à Pantin, réinventé par Soukmachines, le 6B sur la presqu’île de Saint-Denis ou la Ferme du bonheur à Nanterre. Alter Paname a créé le Mille Club dans le parc de la Bergère à Bobigny. Il y a aussi le Camion Bazar qui trimballe ses DJ sets un peu partout en banlieue. Et d’autres, qui souhaitent rester méconnus pour « préserver l’ambiance de nos fêtes » organisées dans des friches urbaines de grande banlieue.

A la recherche du lieu magique

Désormais, les organisateurs de fêtes n’hésitent plus à s’éloigner des terminus de lignes de métro. Surprize, propriétaire de la péniche Concrete et responsable des festivals Weather, au Bourget, organise dimanche 4 juin une grande soirée exceptionnelle au vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines. «  La distance par rapport à Paris n’est pas du tout un problème, explique Brice Coudert, directeur artistique de Surprize. Se déplacer pour faire la fête n’est pas un souci pour les gens qui recherchent de vraies belles expériences. »

Cette soirée sera le deuxième épisode du format Hors-Série, imaginé par Surprize. Le premier du genre avait vu des milliers de fêtards remplir la gare Saint-Lazare jusqu’au petit matin. « Ce projet est né de l’envie de se laisser aller à des coups de cœur pour des lieux, raconte Brice Coudert. Là, on nous a proposé ce vélodrome incroyable. On n’en attendait pas grand-chose mais on a tout de suite eu envie d’y faire quelque chose. »

Plus c’est loin, plus c’est bon

Pour aller au vélodrome de Saint-Quentin depuis Paris, il faut prendre un RER puis un Transilien. Mais il y aura aussi de nombreux fêtards venus des campus alentour. « On travaille toujours avec les acteurs locaux, alors oui, bien sûr, on a noué des partenariats avec les écoles du coin, explique Brice Coudert. Mais ce n’est pas une stratégie, c’est du bon sens. »

Le directeur artistique dela péniche Concrete est confiant et enthousiaste : « On pourra accueillir près de 4000 personnes, et on ne se fait pas du tout de souci pour remplir. Il y a pas mal de campus dans le coin mais ça n’est pas du tout entré en ligne de compte dans le choix du lieu. On est juste tombé amoureux du vélodrome. Le lieu était déjà prêt à recevoir du public. Le dancefloor sera au centre et on se sert de la piste cyclable pour le décor, comme un anneau de Saturne. La piste nous a tout de suite inspiré un décor futuriste à la Rollerball, une sorte d’entrepôt-dancefloor du futur. »

The grande banlieue is the new cool

Si le Hors-Série à Saint-Quentin-en-Yvelines sera un événement isolé, il est symptomatique d’une tendance aux événements en grande banlieue. La petite couronne parisienne fait, du point de vue des fêtards, déjà partie de Paris. S’aventurer aux confins de la zone 7, en revanche, c’est assez nouveau. Le Macki Music Festival, événement musical estival de qualité, a ainsi lieu à Carrière-sur-Seine (la gare de Houilles est desservie par le Transilien J depuis la gare Saint-Lazare). Aurélien Dubois, directeur de Surprize, comprend tout à fait cette tendance à l’éloignement : « Paris est une des villes les plus denses du monde. Les espaces en friche sont très peu nombreux. En banlieue, il y a plus de possibilités à explorer. »

Comme souvent en la matière, les festivals électro sont pionniers et démontrent qu’il est possible d’organiser des événements musicaux à plusieurs kilomètres de Paris. Il y a un mois, leMarvellous Island Festival réinvestissait avec succès la plage de Torcy, que l’on peut rejoindre en Transilien P ou avec l’improbable bus 421. Début juillet, le festival Area 217 investira sur la base militaire à Brétigny-sur-Orge (terminus du pittoresque RER C). Puis le 9 septembre, le Festival Elektric Park ! (anciennement Festival Inox Paris) aura lieu sur l’île des Impressionnistes, à Chatou. Tous à vos forfaits Mobilis !*

* Contrairement aux apparences, cet article n’a PAS été sponsorisé par la SNCF