Stanley Greene, le célèbre photoreporter, est mort

DISPARITION Il a succombé à une maladie indique sur Facebook le directeur du Festival de photojournalisme Visa pour l’image…

L.B.

— 

Capture de la publication annonçant la mort de Stanley Greene le 19 mai 2017

Capture de la publication annonçant la mort de Stanley Greene le 19 mai 2017 — Capture Facebook / Jean-François Leroy

L’un des photoreporters de guerre les plus respectés est mort. Stanley Greene, cinq fois lauréat du World Pres Photo, est décédé vendredi matin à 68 ans dans un hôpital parisien, a indiqué à l'AFP Clément Saccomani, directeur de l'agence NOOR Images dont il était l'un des co-fondateurs, confirmant une information du journal Le Monde.

Célèbre pour son travail en Tchétchénie

Jean-François Leroy, directeur du Festival du photojournalisme Visa pour l’image, avait posté un message sur Facebook un peu plus tôt dans la journée. « Je suis si triste… Stanley vient de mourir. Je l’avais rencontré en 1994, et depuis, nous étions très proches… », écrit-il. « Face à la maladie, il a toujours été très optimiste, et a tenté de lutter, jusqu’au bout… », poursuit-il.

Célèbre pour son travail en Tchétchénie, Stanley Greene né à New York, a parcouru le Cachemire, le Liban, le Haut-Karabagh, la Somalie, l’Irak, le Rwanda… Ancien membre des Black Panthers qui a aussi milité contre la guerre du Vietnam, il a fait ses armes en documentant le milieu punk de San Francisco, avant de prendre ses premières photos d’actualité en 1989, lors de la chute du mur de Berlin. Il s’est ensuite passionné pour les territoires d’ex-URSS où il s’est rendu clandestinement pendant dix ans, notamment en Tchétchénie.