VIDEO. Eurovision: Les dix premiers qualifiés pour la finale sont...

MUSIQUE La première demi-finale du concours a eu lieu ce mardi à Kiev (Ukraine), dix pays ont décroché leur billet pour la finale de samedi, huit autres ont été éliminés…

Fabien Randanne

— 

Artsvik, candidate de l'Arménie à l'Eurovision 2017.

Artsvik, candidate de l'Arménie à l'Eurovision 2017. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA

  • La première demi-finale de l'Eurovision a eu lieu ce mardi soir au Centre d'exposition de Kiev (Ukraine).
  • La Suède, le Portugal, l'Arménie, la Grèce, Chypre, la Pologne, la Moldavie, l'Australie, la Belgique et l'Azerbaïdjan se sont qualifiés pour la finale de samedi.
  • En revanche, la Finlande, le Monténégro, la Lettonie, la Slovénie, l'Albanie, la Géorgie, la République Tchèque et l'Islande n'iront pas plus loin dans le concours cette année.

De notre envoyé spécial à Kiev (Ukraine)

Des beaux gosses sur tapis roulants, une chorégraphie capillaire monténégrine, un mec avec une tête de cheval juché sur une échelle... La première demi-finale de l'Eurovision qui s'est tenue ce mardi au Centre d'exposition de Kiev (Ukraine), n'a pas manqué de surprises... Passage en revue des heureux qualifiés pour la finale de samedi, et des huits artistes malheureux.

  • Qualifié : Suède - Robin Bengtsson - « I Can’t Go On »

Oui, il a le charisme d’un mannequin de pub H&M, mais cela ne l’empêche pas d’être l’un des favoris. Avec une prestation quasi-identique à celle de la sélection suédoise à l’issue de laquelle il a décroché son billet pour l’Eurovision, le crooner scandinave a confirmé qu’il faudrait compter avec lui dans la course à la victoire samedi.

  • Eliminée : Géorgie - Tamara Gachechiladze - « Keep The Faith »

La diva destroy (la voir reprendre Crazy in Love de Beyoncé samedi à l’Euroclub, la boîte éphémère ouverte au centre de Kiev le temps du concours, valait son pesant de bortsch) chante qu’il faut « garder la foi ». Cela n’aura pas suffi pour qu'elle se hisse en finale.

  • Qualifié : Australie - Isaiah - « Don’t Come Easy »

L’Australie participe pour la troisième année consécutive et sera présente pour la troisième fois en finale. Est-ce que ça sera la bonne cette fois ci ? Pas sûr, tant le jeune Isaiah révélé dans le X Factor australien, qui a beau avoir la bonne voix, peine à susciter l’adhésion pleine et entière. Et puis, l’Australie est souvent favorisée par les votes des jurés professionnels et beaucoup moins par ceux des téléspectateurs.

  • Eliminée : Albanie - Lindita - « World »

Autre diva de la soirée, Lindita l’a joué virginale, drapée dans des étoffes immaculées. Mais elle s’arrêtera là pour cette édition de l'Eurovision.

  • Qualifiée : Belgique - Blanche - « City Lights »

« Are we gonna lose it all ? », chantait la jeune Belge de 17 ans. « Allons-nous tout perdre ? » La réponse pour elle est non. Archi favorite lorsque la chanson a été dévoilée, l’artiste avait ensuite suscité bien des inquiétudes avec ses répétitions en demi-teinte. Elle a décroché sa place en finale au bout du suspense : sa qualification a été annoncée en dernier.

  • Eliminé : Monténégro - Slavko Kalezić - « Space »

Oui, le Monténégrin est très space. Sa prestation - guilty pleasure total de l’auteur de ses lignes -, condensé en trois minutes d’attitude queer (le voguing à l’Eurovision, c’est rare) n’a malheureusement pas convaincu. Dommage, on aurait adoré le voir agiter encore sa gigantesque natte en finale samedi.

  • Eliminés : Finlande - Norma John - « Blackbird »

Cette chanson toute en épure et élégance, comme un meuble scandinave, apportait un peu de gravité au milieu des extravagances. Piano, robe noire et fumée blanche, sa qualification semblait assurée. Les bookmakers lui promettaient même un Top 10. Hélas, le duo n'a pas reçu assez de suffrages. C'est l'injustice majuscule de cette soirée.

  • Qualifiée : Azerbaïdjan - Dihaj - « Skeletons »

Quand le tableau commence, on a l’impression de voir une adaptation cryptique de Huis clos de Sartre. Puis apparaît un homme à tête de cheval. Difficile de dire si c’est moderne ou ringard, si ça n’a ni queue ni tête ou si, à Bakou, Le surréalisme pour les nuls est un best seller... Mais c’est en finale.

  • Qualifié : Portugal - Salvador Sobral - « Amar Pelos Dois »

Il est, avec l’Italien dont on parlera plus tard, l’un des favoris pour la victoire finale. Le jeune Portugais n’a pas déçu. Avec sa splendide chanson mélancolique, qui apparaît presque comme une anomalie et un anachronisme à l’Eurovision, il a décroché son billet pour samedi soir. Ce fut la prestation la plus applaudie à Kiev.

  • Qualifiée : Grèce - Demy - « This is Love »

Après la douceur portugaise, les gros sabots grecs. This is Love, morceau dance qui tâche, calibré pour la bande FM… Un rouleau compresseur sonore qui écrase tout sur son passage et s'est pavé la route pour la finale.

  • Qualifiée : Pologne - Kasia Mos - « Flashlight »

La qualification de la Polonaise n'était pas écrite d'avance. Les votes de la diaspora ont sans doute eu leur incidence, (l'an passé, en finale, la Pologne était avant-dernière du classement des jurys professionnels et 3e du vote des téléspectateurs, ce qui lui a permis de s'octroyer la 8e place au classement général !), mais elle est méritée. 

  • Qualifiés : Moldavie - Sunstroke Project - « Hey Mamma »

C’est la prestation que beaucoup attendaient parce qu’elle promettait le grand retour du célèbre Epic Sax Guy. Le gimmick est ici répété comme un appeau à votes, - la preuve, ça a marché -, mais ça manque quand même de spontanéité.

  • Eliminée : Islande - Svala - « Paper »

A «crayon - papier - ciseau», l’Islandaise serait tombée sur «ciseau» face à son Paper. Le morceau est moderne, mais il lui a manqué le petit truc en plus qui fait qu'on le retient. Une question demeure : et si le choix de sa tenue lui avait fait perdre des points ?

  • Eliminée : République Tchèque - Martina Bárta - « My Turn » 

La République Tchèque est l’un des pays les plus poissards de l’Eurovision. Jusque-là, en cinq participations, il n’avait accédé qu’une fois à la finale, c’était l’an passé… pour finir en avant-dernière position. Ben, là, le compteur reste à une finale en six participations.

  • Qualifié : Chypre - Hovig - « Gravity »

Gravity fait beaucoup penser à Humans de Rag’n’Bone Man, tube récent. L’efficacité de la mélodie alliée à la belle gueule du Chypriote ont assuré une place en finale pour l’île. Qui a aussi sans doute pu compter sur les votes grecs (et vice-versa).

  • Qualifiée : Arménie - Artsvik - « Fly With Me »

Artsvik était une autre des grandes favorites de la soirée. Sa qualification n’est donc pas une surprise. Sa mise en scène léchée, quoique peut-être un peu sombre, a sublimé cette chanson qui, à la première écoute, n’a pas tous les ingrédients pour faire le consensus.

  • Eliminé : Slovénie - Omar Naber - « On My Way »

Le Slovène avait déjà représenté son pays à l’Eurovision en 2005, mais il s’était arrêté en demi-finale. Rebelote cette année, avec cette ballade, certes assurée vocalement, mais qui rappelle celle qui inondait le concours il y a une quinzaine d’années. Les temps ont changé.

  • Eliminés : Lettonie - Triana Park - « Line »

Le tableau ressemble à un remake de Suicide Squad - la chanteuse a vraiment de faux airs de Harley Quinn/Margot Robbie. La chanson a beau être bien plus réussie que le film, on ne verra pas la suite en finale.

Depuis l’édition 2016, un extrait des prestations des pays directement qualifiés pour la finale sont diffusées lors des demi-finales (pour Alma, il faudra attendre celle de jeudi).

  • Espagne - Manel Navarro - « Do It For Your Lover »

Désolé pour nos amis Espagnols, mais Manel Navarro ne fait déjà pas l’unanimité dans son propre pays… On l’imagine donc difficilement séduire le plus grand nombre de votants lors de la finale. Son tableau ambiance « petit boeuf entre amis sur la plage », avec Combi Volkswagen en arrière-plan évoquera peut-être à certains des souvenirs de voyages scolaires. Mais c’est à peu près tout.

  • Royaume-Uni - Lucie Jones - « Never Give Up On You »

Lorsque la chanson du Royaume-Uni a été sélectionnée, elle a été accueillie poliment, presque dans l’indifférence. Or, Lucie Jones s’impose auprès des journalistes comme LA révélation de cet Eurovision : avenante, pleine d’humour, capable de meubler sur la scène de l’Euroclub lorsque les soucis techniques perturbent son tour de chant… la chanteuse fait honneur à sa délégation. Et son tableau, sublime avec ses effets miroirs, magnifie une ballade plutôt anodine.

  • Italie - Francesco Gabbani - « Occidentali’s Karma »

Ecco il grande favorito ! Pour une grande majorité d’observateur, samedi, il ne pourra que triompher. L’Italien semble en effet prendre son pied sur scène, même s’il surjoue un peu le côté « Aldo Maccione ». Son Occidentali’s Karma euphorisant a tout d’un tube... gagnant ?