Pain Surprises, le label électro mis à nu par «20 Minutes»

MUSIQUE Le collectif, créé il y a six ans «entre potes», parvient à s'imposer sur la scène électro grâce à ses soirées surprenantes et ses artistes aux personnalités atypiques...

Mathilde Groulard

— 

Basile Di Manski, un artiste du label Pain Surprises.

Basile Di Manski, un artiste du label Pain Surprises. — Pain Surprises

Pain Surprises porte bien son nom. Avec ce label, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Imaginez que vous vous rendez dans une chambre d’hôtel… pour assister à un concert intimiste. Ou qu’on vous invite à applaudir un artiste en live tout en restant allongé... C’est ce genre d’événements que propose ce collectif aux mélomanes et fans d’expériences musicales insolites.

Vendredi 21 avril, par exemple, le crew fêtait son anniversaire à l’Aquarium de Paris. On en est restés médusés (hoho). Ce lieu pour le moins original permettait de naviguer entre trois salles. Sur les deux scènes montées devant les (vrais) requins et les sirènes (d’un soir), les artistes étaient comme des poissons dans l’eau (hihi). L’atmosphère, la résonance et les lumières de l’Aquarium exacerbaient le côté cosmique des différentes performances. Le public, lui, était au plus proche des artistes, comme une boiler room d’un millier de fêtards. Une troisième salle était équipée de transats pour buller (haha) devant les poissons et on pouvait errer dans les couloirs en observant les méduses se fondre dans l’ambiance électrique.

Une tartine de potes et c’est party

« Pain Surprises a été annoncé en 2011 par une série de soirées organisées par toute une bande de copains », raconte Etienne Piketty, l’un des créateurs du collectif à 20 Minutes. Le concept était simple mais innovant dans une période où le monde de la fête parisien était un peu triste. Les soirées s’organisaient dans un lieu volontairement inconnu du 8e arrondissement où « tout pouvait arriver ».

Line up gardée secrète jusqu’au dernier moment, happenings… Le groupe de potes a trouvé la recette qui fonctionne, si bien qu’au fil du temps, les soirées, toujours full ont su conquérir un public de plus en plus vaste. L’an dernier, 4.000 convives se sont ambiancés au Wanderlust, un bar et club parisien en plein air sur le quai d’Austerlitz.

D'organisateur de soirées, Pain Surprises est devenu label en 2013 en signant son premier groupe, Jabberwocky, a tout de suite rencontré un grand succès. Leurs disques se sont vendus comme… des petits pains (ok, ok, on arrête les jeux de mots). Ils ont « donné de la visibilité au label », souligne Etienne. Jacques, qui produit sa musique (et même son dernier album) en live avec des objets du quotidien, parvient lui aussi à toucher un public aussi large qu’hétérogène.

Un gros zeste de folie pour un cocktail détonnant

Le label alternatif produit aujourd’hui six artistes : Petit Prince (qui vous demandera de vous allonger si vous le croisez), Basile di Manski (avec lequel vous pourrez passer un moment intime pendant quelques dizaines de minutes dans une chambre d’hôtel), Jacques, Grand Soleil, Isabelle et UTO.

>> A lire aussi : Les cinq bruits de Jacques

Tous ont un style et un univers très différents, mais une vibe commune, liée à leur univers atypique. « On signe autant des gens qui font de la musique que des personnages, reprend Etienne Piketty. On aime les accompagner dans leurs délires, les rendre possible, pas uniquement sortir des disques, ou créer des disques d’or. Tous nos artistes sont très singuliers, un peu foufous. » Le son, lui, oscille entre les côtés futuriste et rétro. « Les années 1980 étaient une période très innovante. Aujourd’hui, on réactualise les genres en permanence, on recycle les styles… Comment inventer un truc aussi fou que le synthétiseur ? », se demande le créateur de Pain Surprises.

Une tranche d’organisation sur un filet d’imagination

Avec l'originalité pour mot d’ordre, Pain Surprises a su se démarquer dans la nuée des labels et collectifs de musique électronique apparus ces dernières années. Mais la concurrence n’empêche pas la bonne entente. Pain Surprises a en effet produit le clip Pantera de Kartell, fondateur de Roche Musique. Jacques, quant à lui, a récemment enregistré un duo avec Polo & Pan, produits par Hamburger Records…

Cependant, à côté de cet aspect « délire de copains », tout est bien ficelé. « On est carrés, on est à la cool mais on a aussi un bureau avec des chaises et la compta est nickel car si tu ne sais pas où tu vas, tu fonces droit dans le mur », souligne Etienne. Pas la peine donc de trancher entre fun et qualité.

Et la cerise sur le gâteau ?

L’anniversaire de Pain Surprises célébré comme il se doit, on a aussi eu droit à notre cadeau. Et oui, on devra désormais prendre soin de notre Croustibat domestique nommé « Boom Boom » distribué à la sortie de la soirée du vendredi 21 avril. Oui, oui, un vrai poisson pané. On vous a dit que Pain Surprises portait bien son nom.