Alma, candidate de la France à l'Eurovision 2017.
Alma, candidate de la France à l'Eurovision 2017. - Renaud Corlou

Il suffit que de l’anglais se glisse dans la chanson tricolore à l’Eurovision pour que des voix s’indignent en y voyant une attaque à la francophonie.

André Vallini, le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre y est allé de son tweet ce lundi. « Stop à l’anglicisation », a-t-il écrit en se disant « désolé qu’en 2017 la France soit représentée par une chanson en anglais. »

Il exagère légèrement car, Requiem, le morceau qu’ Alma interprétera en finale du concours, le 13 mai, à Kiev (Ukraine) est bel et bien majoritairement en français. Deux phrases dans la langue de Shakespeare ont été ajoutées au refrain et c’est tout.

« Remettez-vous en ! »

André Vallini se réjouira sans doute de savoir que cette nouvelle mouture conçue pour l’Eurovision n’a pas vraiment fait l’unanimité du côté des fans étrangers du concours. Nombre d’entre eux disent préférer la version originale, tout en français. Edoardo Grassi, le chef de la délégation tricolore leur a répondu sur Twitter « Remettez-vous en ! Il y a deux phrases en anglais ! Combien de pays chantent dans leur langue ? Nous, on le fait. »

Quelques heures plus tard, Edoardo Grassi a répondu sur Twitter à André Vallini - qui lui assurait souhaiter « bien sûr la victoire d'Alma » - :  « On est très fier de cette chanson et cette ouverture vers l'Europe qui fait la force de notre délégation. »

Il ne faut pas perdre de vue, ni de l’ouïe, que l’Eurovision est un concours international et que, même si ceux qui s’étaient habitués à la version d’origine de Requiem ont pu être déstabilisés par le changement de paroles, la plupart des millions de téléspectateurs qui regarderont le concours, et qui voteront, ne découvriront les morceaux candidats que le soir de la finale. Audience mondiale oblige, recourir à l’anglais est une bonne manière de se faire comprendre du plus grand nombre. « C’est bien qu’une personne qui ne parle pas français ait une idée de quoi parle la chanson », confiait ainsi Alma à 20 Minutes il y a quelques semaines.

Des précédents

L’an passé, Amir, avait présenté une chanson bilingue, J’ai cherché, dont le refrain est en anglais. Et il a terminé sixième de l’Eurovision, soit le meilleur résultat pour la France depuis longtemps. Mais déjà à l’époque, dans les semaines précédent le concours, André Vallini s’était ému de ce choix qu’il jugeait « consternant et inacceptable ». « La langue française baisse pavillon », affirmait celui qui était alors secrétaire d’Etat à la francophonie.

En 2008, c’est le député UMP Jean-Michel Gonnot qui vouait aux gémonies Divine, le morceau de Sébastien Tellier écrit intégralement en anglais. Le candidat de la France avait dû, face au tollé, ajouté un soupçon de langue de Molière pour le concours : « Toi et moi, c’est comme tu sais, pour moi l’amour chante en français. »

Mots-clés :