Disponibles 24h/24, les jeux d'argent sur Internet provoquent et entretiennent l'addiction.
Disponibles 24h/24, les jeux d'argent sur Internet provoquent et entretiennent l'addiction. - JS Evrard / Sipa

« Je m’arrête quand je veux » : tout fumeur a un jour prononcé cette phrase comme preuve de sa résistance (supposée) à l’addiction. « Je m’arrête quand je veux » de fumer, de boire, mais aussi de parier, de jouer. Servane Barrault, maître de conférences à l’université François Rabelais de Tours et spécialiste du phénomène, donnera un talk sur l’addiction au jeu lors du TEDxIstec qui aura lieu le 11 mars à Paris, et dont 20 Minutes est partenaire. Selon elle, l’omniprésence d’Internet dans nos vies amplifie les risques de comportement addictif.

>>> Pour réserver votre place au TEDxIstec avec 20 Minutes, inscrivez-vous ici.

Qu’est-ce qu’une addiction ?

Ce qui la caractérise, c’est la perte de contrôle. L’usage répété d’une substance ou le recours à un comportement avec la perte de contrôle du sujet. Il ne peut s’empêcher. Les trois autres grandes caractéristiques sont le plaisir, la répétition, et la dépendance. On ne parle pas d’addiction s’il n’y a pas de répétition ou de dépendance, l’incapacité à se passer du produit ou du comportement.

Comment cette définition s’applique-t-elle aux jeux de hasard et d’argent ?

Le symptôme de perte de contrôle se verra au fait d’essayer de ne pas jouer et de ne pas y arriver, mais aussi dans l’augmentation progressive des mises. On regarde aussi les usages à risque. Un joueur dépendant va retourner jouer pour regagner de l’argent perdu, « se refaire ». Quand le sujet ne peut pas jouer, il va se sentir agité ou irritable, des symptômes de manque vont se manifester. Cela montre que l’addiction au jeu ne reflète pas un manque de volonté mais une vraie pathologie.

Quels en sont les effets sur le cerveau ?

Dans l’addiction comportementale comme à un produit, on observe la même activation cérébrale du système de récompense. C’est un point commun entre toutes les addictions lors de la mise en présence avec la substance ou le comportement.

Quelles conséquences une telle addiction peut-elle avoir ?

Les conséquences négatives qui ne sont pas que financières. Le joueur va dissimuler sa pratique des jeux à son entourage, et le jeu va avoir un impact social sur la vie du joueur. Les conséquences sont également professionnelles ou personnelles. Psychologiques aussi, avec la honte, la culpabilité face à l’incapacité à ne pas jouer.

Comment une addiction au jeu naît-elle ?

La motivation première souvent, même si elle n’est pas unique, est ce fantasme de gagner de l’argent de façon ludique et rapide, voire de devenir riche. En addictologie, la notion de récompense est importante. En plus de cela, deux fonctions du jeu coexistent : réguler les humeurs - des gens jouent pour se remonter le moral - ou ressentir des sensations fortes. Ça peut être soit l’un, soit l’autre, soit les deux.

La popularisation des paris en ligne, la possibilité prochaine de parier sur l’e-sport, quels effets cela aura-t-il ?

Il y a une loi de l’addictologie, qui dit que plus un produit ou un comportement est disponible dans une société, plus la prévalence de l’addiction augmente. Internet joue un rôle facilitant et d’accélérateur, du fait de la facilité de s’engager dans des conduites de jeu. Le poker par exemple, est disponible sept jours sur sept, 24 heures sur 24, potentiellement plus accessible financièrement et géographiquement. Plus l’offre de jeux est large, plus il y aura potentiellement de gens qui souffriront d’une addiction.

Mots-clés :