Beyoncé lors de sa performance hors norme aux Grammys 2017, le 12 février 2016.
Beyoncé lors de sa performance hors norme aux Grammys 2017, le 12 février 2016. - SIPA/Matt Sayles

La crème de la scène musicale internationale s’est réunie, ce dimanche à Los Angeles, pour la 59e cérémonie des Grammy Awards.La grande gagnante est la chanteuse Adèle qui a raflé les trois prix les plus prestigieux : meilleur album, meilleur enregistrement et meilleure chanson. Mais elle n’est pas la seule à avoir retenu notre attention. Si vous avez loupé la cérémonie ou que vous voulez tout savoir, on refait le point sur les cinq prestations qu’il ne fallait pas manquer !

Beyoncé met sa grossesse en scène

La chanteuse planétaire n’a pas remporté le titre de l’album de l’année mais, comme à son habitude, Queen B a délivré une performance hors-norme. Enceinte de jumeaux, l’interprète de Single Ladies, vêtue d’une robe dorée et transparente et d’une couronne, a débuté sa prestation par un poème sur la maternité. La femme de Jay Z a ensuite chanté un medley de ses tubes dans une mise en scène aux allures féeriques. Pas de doute sur cette grossesse, le monde entier est au courant !

Bruno Mars rend hommage à Prince

Veste purple à paillettes, coiffure en banane, trait noir sur les yeux, lors de la soirée, Bruno Mars s’est littéralement glissé dans la peau du chanteur Prince. Une manière de rendre hommage au Kid de Minneapolis,décédé en avril 2016. Accompagné du groupe The Time, produit par Prince à ses débuts, Bruno Mars a interprété Let’s Go Crazy.

Mélange des genres entre Lady Gaga et Metallica 

Un duo pour le moins surprenant a aussi fait le show. Après son énorme performance au SuperBowl, Lady Gaga s’est jointe au groupe de métal, Metallica pour interpréter avec eux, Moth into flame, leur chanson sortie l’année dernière. Voix rauque, danse endiablée et saut dans la foule, Lady Gaga a tout donné dans ce duo. Le chanteur du groupe James Hetfield a eu un léger souci de micro en début de prestation.

A Tribe Called Quest en campagne contre Donald Trump 

Les rappeurs, accompagnés de Busta Rhymes, ont enflammé la scène des Grammy Awards en livrant une performance clairement politisée. Le groupe a interprété un medley de ses tubes, ainsi que sa dernière chanson We The People. Mise en scène, policiers grimés et mur érigé, le groupe a voulu montrer son opposition au président élu, Donald Trump. Ils ont clôturé leur prestation en clamant « Résiste, résiste, résiste ».

Chance The Rapper, révélation de l’année 

Le jeune chanteur a remporté le titre de révélation de l’année, ainsi que le prix du meilleur album de rap. Le jeune rappeur de 23 ans, diffusé exclusivement en streaming, a revendiqué avec fierté son indépendance en tant qu’artiste : « Je sais que les gens pensent que l’indépendance est synonyme de faire les choses par soi-même, mais l’indépendance signifie la liberté ».

Son album Coloring Book, sorti en mai sur Apple Music, est entré dans le top 10 des opus les plus vendus aux Etats-Unis, même s’il n’était disponible ni en CD ni en téléchargement.

 

Mots-clés :