Comment «Walk this Way» de Run DMC a sorti le hip-hop de son ghetto

MUSIQUE La série documentaire «Soundbreaking», sur Arte, raconte l’histoire de la musique enregistrée. «20 Minutes» revient sur les épisodes marquants de l’ère du sampling…

Benjamin Chapon

— 

En 1986, Run DMC reprend le tube d'Aerosmith Walk this Way

En 1986, Run DMC reprend le tube d'Aerosmith Walk this Way — RunDMCVevo

Si l’ère de la musique enregistrée représente à peine un microsillon, à l’échelle de l’histoire de l’humanité, le fait de pouvoir écouter de la musique sans être en présence de musiciens est une révolution rarement étudiée en tant que tel. C’est pourtant le défi que relève l’ambitieuse série documentaireSoundbreaking dont la version européenne est produite et  diffusée par Arte, en six épisodes à raison de deux par semaine, les vendredis 10, 17 et 24 février.

On y découvre notamment comment la pratique (l’art ?) du sample a bouleversé le monde de la musique. « Ce n’est absolument pas du vol mais un hommage, une recréation, explique Romain Pieri. Et si la technologie a facilité le processus, cela existait dans la musique classique qui sampler, en quelque sorte, des phrases musicales de chansons populaires ou folkloriques. »

Pour 20 Minutes, Romain Pieri a raconté la genèse de trois morceaux qui ont utilisé des samples et ont bouleversé l’histoire de la musique.

Deuxième épisode : Run DMC sample « Walk This Way » d’Aerosmith

« Ce sample, qu’aujourd’hui on appellerait plutôt « reprise », est central dans l’histoire du hip-hop, explique Romain Pieri. En 1986, Aerosmith est au top de sa gloire, c’est un groupe de pop rock très populaire qui remplit les stades. Le hip-hop est encore une musique ghettoïser. Cette association entre Run DMC qui a une vraie légitimité dans le monde du hip-hop et le rock commercial d’Aerosmith ne va pas de soi. C’est le producteur Rick Rubin, du label Def Jam, qui a eu l’idée. C’est un homme d’affaires qui connaît bien le hip-hop et a compris comment le faire exploser dans les ventes. »

« Run DMC a longtemps refusé l’idée. Il avait peur du ridicule, ils ne voyaient pas ce que ça allait leur apporter. En plus, il ne s’agit pas d’un simple sample de Walk this Way mais d’une reprise, avec la même musique, les mêmes paroles. Dans le clip, Aerosmith et Run DMC font une sorte de battle sur la chanson. C’est le premier vrai croisement entre rock et rap, alors que jusque-là les samples concernaient surtout le disco ou le funk. C’est historique parce que ça a montré que rock et hip-hop avaient beaucoup de points communs. »

« Le succès a été colossal et a fait entrer Run DMC et la scène hip-hop dans une nouvelle dimension d’un point de vue commercial, et culturel : le rap s’adressera dès lors au grand public. »

Mots-clés :