Une pile d'exemplaires du livre «1984» de George Orwell à Hong Kong, le 15 juillet 2015.
Une pile d'exemplaires du livre «1984» de George Orwell à Hong Kong, le 15 juillet 2015. - Aaron tam / AFP

Les premiers effets positifs de l’élection de Donald Trump se font déjà ressentir sur l’économie américaine. La référence au roman 1984, utilisée de manière bien involontaire par son porte-parole Sean Spicer et sa conseillère Kellyanne Conway le week-end dernier, a dopé les ventes de l’ouvrage de George Orwell, au point de pousser l’éditeur à commander 100.000 livres supplémentaires mercredi.

Pour défendre Sean Spicer, qui avait assuré contre toute évidence que l’audience de l’investiture du nouveau président était la plus importante jamais vue, Kellyanne Conway avait qualifié dimanche ces éléments de « faits alternatifs ». Il a été démontré que la foule présente vendredi pour la cérémonie à Washington était nettement moins nombreuse que celle venue saluer l’investiture de Barack Obama en 2009.

>> A lire aussi : On a comparé les investitures de Trump et d'Obama

Plusieurs médias ont rapidement relevé que le terme utilisé par Kellyanne Conway était employé dans le roman 1984, qui décrit une société dans laquelle le gouvernement contrôle étroitement l’information. L’auteur, le Britannique George Orwell, introduit la notion de « double pensée », qui amène le gouvernement à fabriquer sa version des faits et à l’imposer comme « vérité », qui cohabite avec le réel.

Les ventes multipliées par cent depuis l’investiture de Trump

Durant les heures qui ont suivi la polémique, les ventes de 1984, initialement publié en 1949, se sont envolées. L’ouvrage était mercredi en tête des ventes du site américain de la plateforme de vente Amazon.

Selon un porte-parole de Signet, filiale de la maison d’édition Penuguin Random House, qui détient les droits du livre aux Etats-Unis, les ventes du roman ont été multipliées par près de cent depuis l’investiture de Donald Trump (+9.500 %).

>> A lire aussi : Avec l'administration Trump, l’Amérique entre dans l’ère des «faits alternatifs»

Après avoir lancé l’impression de 75.000 exemplaires supplémentaires du livre en début de semaine, Signet a passé mercredi une nouvelle commande de 100.000 unités de plusieurs livres de George Orwell, dont « 1984 », « pour répondre à la demande », a indiqué le porte-parole. Depuis sa première publication, « 1984 » a été vendu à 30 millions d’exemplaires aux Etats-Unis, selon Signet.

>> A lire aussi : Amazon s'excuse pour avoir effacé en douce «1984» des Kindle de ses clients

Pour la psychologue Marilyn Wedge, qui a publié une tribune sur le site Psychology Today, il est possible d’opérer un rapprochement entre « 1984 » et les pratiques de la jeune administration Trump. Donald Trump « essaye de nous faire croire ce que lui et ses conseillers déclarent plutôt que ce que nous disent nos propres yeux », estime-t-elle.

Mots-clés :