Le site Babelio
Le site Babelio - DR

Depuis août, Amazon envoie à ses internautes les plus actifs les épreuves des livres à paraître pour qu’ils rédigent des critiques. Dans ce programme, baptisé Amazon Vine, la sélection des critiques et la validation restent gérées par les modérateurs du site de cyber-commerce. 
En France, jusqu’alors, l’initiative américaine n’avait pas eu d’écho. Mais quatre mois plus tard, la blogosphère littéraire s’ébroue. Sur le site Babelio, une poignée de maisons d’édition (Pocket, Presses de la cité, Belfond, XO, Oh ! Editions) proposent désormais d'envoyer des livres «gracieusement» aux membres du site sélectionnés par «tirage au sort».
 
Un livre, une critique
«Un livre en l’échange d’une critique, c’est aussi simple que ça», est-il précisé. Néanmoins, pour pouvoir être l’heureux destinataire d’un ouvrage, il faut avoir un blog et s’engager à y publier la critique du livre reçu dans les «quinze jours» qui suivent l’envoi. Bref, escargots de la lecture s’abstenir.

Le système, même contraignant, est d’autant plus intéressant que, à la différence d’Amazon, Babelio n’est pas un site marchand. Reste que les éditeurs ont bien compris leur intérêt: faire parler d’un livre sur les blogs, très bien référencés sur Google, à un temps donné (celui de sa sortie dans les librairies par exemple) vaut toutes les publicités.

En septembre, la Fnac avait dit à 20minutes.fr ne pas encore songer à mettre en place un tel système.