Quinze millions d'euros pour une étude de Léonard de Vinci sur le martyre de Saint Sébastien. C'est la somme que doit trouver le Louvre pour ajouter à ses collections ce chef-d'oeuvre discrètement classée trésor national fin décembre 2016.
Quinze millions d'euros pour une étude de Léonard de Vinci sur le martyre de Saint Sébastien. C'est la somme que doit trouver le Louvre pour ajouter à ses collections ce chef-d'oeuvre discrètement classée trésor national fin décembre 2016. - Capture d'écran / Dailymotion

L’étude de Léonard de Vinci découverte en mars dernier dans la collection d’une famille française qui l’avait apportée à la maison Tajan, avec 13 autres dessins, a été classée trésor national le 29 décembre dernier.

L’œuvre ne peut donc pas quitter le territoire français pendant deux ans et demi. L’Etat doit maintenant réunir 15 millions d’euros, valeur à laquelle les experts ont estimé le dessin à l’encre brume, s’il veut que le Musée du Louvre puisse acquérir l’étude, réalisée par l’artiste italien pendant sa période florentine entre 1478 et 1483.

Aucune négociation n’aurait encore été engagée

C’est l’expert Patrick de Bayser et Carmen C. Bambach, conservatrice du département des dessins et estampes au Metropolitan Museum de New York (Etats-Unis), qui avaient repéré puis confirmé l’authenticité de cette représentation du martyre de Saint Sébastien. Les spécialistes estiment que le petit dessin (de 19,3 x 13 cm), est issu d’un carnet de croquis dans lequel Léonard de Vinci avait l’habitude de noter ses idées.

Si l’œuvre est passée entre les mains des experts du Musée du Louvre en octobre dernier dans le cadre des analyses pour obtenir son classement, la maison Tajan a indiqué ce mardi qu’aucune négociation n’était pour l’instant « engagée avec la direction du musée ».

>> A lire aussi : «La Belle Princesse»: Leonard de Vinci n’aurait pas peint le portrait, revendiqué par un faussaire

 

Mots-clés :