Sophie Marceau au Festival de Venise, en septembre 2016.
Sophie Marceau au Festival de Venise, en septembre 2016. - TIZIANA FABI / AFP

Ce mercredi soir, C8 va nous raconter La Folle histoire de Sophie Marceau. Michel Drucker, Francis Huster et Dany Boon, entre autres, iront sans doute de leur petite anecdote sur celle qui est l’une des actrices les plus populaires de France. Une promesse d'inédit face à laquelle 20 Minutes se place à contre courant. Voici, en exclusivité, ce que vous savez déjà sur Sophie Marceau.

  • 1. Elle n’a aucun lien de parenté avec le mime Marceau

Non, vraiment aucun. Même si Sophie Marceau touche peut-être sa bille au Time’s Up. D’ailleurs, Sophie Marceau s’appelle en réalité Sophie Maupu et elle a choisi son nom de scène dans une liste d’avenues parisiennes (Sophie Champs-Elysées aurait été un peu too much). Soit dit en passant, Marcel Marceau est le pseudonyme de Marcel Mangel. Alors que le romancier Félicien Marceau était Louis Carette à l’état civil. C’est à se demande si quelqu’un s’appelle Marceau pour de vrai dans ce pays.

Marcel Marceau et Michael Jackson (Sophie Marceau n’apparaît pas dans ce gif)

  • 2. Elle a été révélée par un film intitulé « La Boum »

En 1980, La Boum a fait 4.4 millions d’entrées dans les salles françaises. C’est moins bien que les 4.6 millions de spectateurs qui se sont rués dans les salles pour voir Les Tuche 2, mais c’est le long-métrage qui a fait le meilleur score au box-office cette année-là. Dans ce film, Sophie Marceau joue Vic, 13 ans, bientôt 14, d’où la surprise party évoquée dans le titre. Elle appelle sa grand-mère « Poupette » pendant que ses parents traversent une crise de couple et que Richard Sanderson chante que ses « dreams » sont sa « reality ».

En 1982, Vic entre au lycée et sort avec Pierre Cosso (qui grâce à ce rôle participera vingt-quatre ans plus tard au Danse avec les stars italien) dans La Boum 2. Le film fait 4 millions d’entrées en France. C’est toujours moins bien que Les Tuche 2 mais ça permet à Sophie Marceau de décrocher le César du meilleur espoir féminin.

  • 3. Elle est « la petite fiancée des Français »

Toujours aussi lumineuse à 50 ans qu’à 15 ans, on aurait plutôt tendance à la surnommer Dorianne Gray (rien à voir avec Denise) mais, pour la plupart des médias, Sophie Marceau demeure « la petite fiancée des Français ». C’est un fait, même si tous ses films ne sont pas des cartons monumentaux, l’actrice est a-do-rée par ses compatriotes. Elle se maintient d’ailleurs très bien dans le classement des personnalités préférées des Français puisqu’elle est 8e du dernier palmarès – soit une toute petite place de moins que le précédent. D’un sondage improbable à l’autre, son nom revient souvent. Elle incarne ainsi « la maman idéale », juste derrière Vanessa Paradis, tandis que 35 % des hommes aimeraient « partager un moment en voiture » avec elle. Sophie Marceau, c’est la star à visage humain, qui semble proche de nous, séduisante mais pas trop intimidante. Bref, c’est la Jennifer Aniston française.

  • 4. Elle est une star internationale

Les Japonais sont fans de Sophie Marceau : la preuve, elle a tourné dans plusieurs publicités là-bas, ce qui est, on le sait depuis Lost in translation, une sorte de consécration.

Hollywood lui a aussi fait les yeux doux. Surtout depuis qu’elle a incarné Isabelle de France dans Braveheart face à Mel Gibson ou joué une James Bond girl dans Le Monde ne suffit pas. Hélas, ce n’est pas forcément le meilleur 007. Mais les regards du monde entier sont rivés sur l’actrice depuis La Boum, qui a ainsi fait plus de 7 millions d’entrées en Italie (ce qui est bien mieux que Les Tuche 2) ou 660.000 entrées en Allemagne.

  • 5. Elle a des seins (deux)

Au Festival de Cannes 2005, elle s’apprêtait à monter les marches quand la bretelle de sa robe est descendue de son épaule, dévoilant son sein gauche. L’instant furtif a fait couler beaucoup d’encre.

« Mes seins doivent avoir quelque chose de rassurant, ça ne peut être juste sexuel », déclarera plus tard Sophie Marceau à Marie Claire, laissant entendre, par la même occasion, qu’elle avait peut-être changé d’avis sur la chanson Assez, Assez de Julien Clerc. « Faut des ballons, des cerceaux, et les seins de Sophie Marceau », chantait-il, en 1997 ce qui avait ulcéré la comédienne. « J’ai été atrocement gênée par ce disque. (…) Les seins, c’est intime, c’est érotique, sexuel, je me suis sentie dévêtue », confiait-elle à Elle à l’époque.

Mots-clés :