Isabelle Huppert, le 4 décembre 2016, au Festival international du film de Marrakech (Maroc).
Isabelle Huppert, le 4 décembre 2016, au Festival international du film de Marrakech (Maroc). - FADEL SENNA / AFP

Dans la nuit de ce dimanche à lundi, on connaîtra le palmarès des 74e Golden Globes, les prix remis par les journalistes étrangers membres de la Hollywood Foreign Press Association. La cérémonie pourrait bien être rythmée par des « cocoricos », car deux oeuvres françaises, Elle et Divines, sont en lice pour le trophée du meilleur long-métrage non-anglophone alors que Ma vie de Courgette concourt dans la catégorie du meilleur film d’animation. Surtout, Isabelle Huppert pourrait bien être sacrée meilleure actrice dans un drame pour Elle. On vous explique pourquoi on croit fort en ses chances…

  • Parce qu’elle a déjà glané une flopée de prix pour « Elle »

Des Gotham Independent Film Awards aux Satellite Awards en passant par les prix du New York Film Critics Circle, Isabelle Huppert a déjà récolté ces derniers mois outre-Atlantique une bonne quinzaine de trophées de la meilleure actrice pour sa prestation sidérante dans Elle (et dans certains cas également pour son rôle dans L’avenir), où elle incarne une femme victime d'un viol et dont les réactions sont complètement inattendues. L’actrice française a tapé dans l’œil des Américains et des Canadiens avec le film trouble et vénéneux de Paul Verhoeven. Même si elle est superstitieuse, elle peut croire sans trembler en ses chances pour les prochains oscars, ne serait-ce que pour une nomination.

  • Parce qu’elle n’a pas à rougir face à la concurrence

Aux Golden Globes, la distinction est faite entre les drames d’une part et les films musicaux et les comédies d’autre part. Résultat : Isabelle Huppert et Emma Stone – grande favorite pour sa performance dans La La Land - concourent toutes deux pour un Golden Globe de la meilleure actrice mais chacune dans une catégorie différente. Du côté des « dramas », la Française affrontera trois habituées. Amy Adams, nommée pour Premier contact, a déjà été récompensée en 2013 et 2014, respectivement pour American Hustle et Big Eyes. Jessica Chastain, en lice pour Miss Sloane, a déjà été sacrée en 2013 pour Zero Dark Thirty. Natalie Portman, sélectionnée pour sa prestation dans le rôle-titre du biopic Jackie, a quant à elle été primée en 2005, pour Closer, et  en  2011, pour Black Swan. Les votants pourraient donc préférer porter leurs sufrages vers une « primo-nommée », ce qui pourrait bénéficier à Isabelle Huppert qui n’avait jamais concouru pour cette récompense. A moins que ce ne soit plutôt Ruth Negga, nommée pour Loving, qui en tire profit.

  • Parce qu’elle est « so French »

On n’avait jamais vu Isabelle Huppert comme ça. Fin novembre, transportée par l’adrénaline et les endorphines, elle est allée récupérer son Gotham Award devant un parterre de VIP new-yorkais et a prononcé un discours secouée par l’émotion. « Tout le monde me disait : "C’est une récompense très américaine, une cérémonie très "new yorkaise" et comme tu es Française, tu ne l’auras jamais". Ce soir, je me sens très Américaine. Je me sens bien ! », s’est-elle amusée. Elle a ensuite remercié le réalisateur de Elle, Paul Verhoeven, d’être « si génial, courageux, un peu immoral »

Et d’ajouter : « C’est une bonne chose [d’être immoral] en ce moment, vous ne pensez pas ? » Demander d’applaudir l’immoralité au pays du puritanisme, il n’y a qu’une Française – et, sans doute, qu’Isabelle Huppert – pour l’oser. L’actrice incarne le talent, l’élégance, l’audace, bref, une certaine idée de la femme française telle que les Américains aiment la fantasmer.

  • Parce qu’elle le mérite

Un César, un Bafta, des prix d’interprétation aux festivals de Cannes, Venise, Berlin… Isabelle Huppert ne manque pas de récompenses à disposer sur son étagère. Mais un oscar et un Golden Globe manquent à sa collection. « Elle n'a jamais vraiment été récompensée aux Etats-Unis, elle l'a beaucoup été en France bien sûr, mais outre-Atlantique c'est quelque chose de nouveau de recevoir autant d'attention», déclarait Paul Verhoeven en novembre, alors que l’American Film Institue rendait hommage à la star française. «Je n'ai jamais travaillé avec une actrice, ou acteur, aussi doué. C'est un talent extraordinaire et pour moi Isabelle fait le film, dirige le film dans un niveau supérieur», ajoutait le réalisateur néerlandais. Une périphrase pour dire qu’elle mérite tous les prix du monde.

Mots-clés :