Le moins que l’on puisse attribuer à l’actuel scénariste de Blake et Mortimer, c’est une sacrée audace ! Comme pour dignement fêter les 70 ans de la série, Yves Sente confronte, dans le 24e tome de leurs aventures, nos deux héros à ce vieux serpent littéraire qu’est l’identité de William Shakespeare (dont on célèbre aussi les 400 ans de la disparition). Il en résulte un récit érudit - et plutôt captivant -, mais on ne peut s’empêcher de se demander si le très anglophile Edgar P. Jacobs - créateur de Blake et Mortimer - aurait osé ainsi écorner l’image du Barde de Stratford, l’une des plus grandes figures britanniques de tous les temps.

Auteurs + éditions Blake et Mortimer 2016

Un univers" So british "

« On peut imaginer qu’il serait très fier de ce nouvel épisode, estime Philippe Garbit, producteur des «  Nuits de France Culture » (dont certaines, mémorables, ont été consacrées à Blake et Mortimer en 2014) et grand fan de l’oeuvre de Jacobs. D’abord parce qu’il tourne autour de Shakespeare, qui symbolise le génie artistique outre-Manche. Ensuite parce que cet album se déroule, une fois encore, dans des décors et selon ces codes « so british » que l'auteur belge adorait tant respecter. »

D’accord, mais tout de même ? Relancer la polémique sur Shakespeare… Pour Philippe Garbit, ce parti a du sens : « Edgar P. Jacobs et les scénaristes qui ont pris sa suite après sa mort se sont toujours inspirés de faits réels ou de mystères jamais résolus, mais dont l’intrigue était régulièrement "entretenue". Quand Le mystère de la grande Pyramideest sorti, par exemple, on se demandait encore s’il subsistait des chambres mortuaires inconnues dans le monument. »

Auteurs + éditions Blake et Mortimer 2016

Une recette oubliée ?

Admettons. N’empêche que Le testament de William S., en se focalisant sur la recherche (fortuite) de documents attestant la réelle identité de Shakespeare, s’éloigne aussi de la « recette Jacobs » mixant, avec quel bonheur, une bonne louche de mystère, une grosse dose d’aventure et, si possible, une pincée d’exotisme. « Au contraire, s’insurge Philippe Garbit : Yves Sente et André Juillard (l'actuel dessinateur de la série) nous offrent ici beaucoup d’action avec des courses-poursuites, une chasse au trésor, une course contre la montre etc ».

Auteurs + éditions Blake et Mortimer 2016

Mmm, pas faux. Car si Blake demeure à Londres pour superviser l’affaire - et enquêter, accessoirement, sur une bande de voyous liés à Olrik (oui, oui, l’un des méchants historiques de la série), Mortimer sillonne l’europe et les bagarres sont nombreuses. Après tout, les fans du duo se moquent certainement pas mal du bien-fondé de l’intrigue du tome 24. « Je crois que ce que cherchent les nombreux lecteurs de la série (ce nouveau volume étant tiré à 500.000 exemplaires), note Philippe Garbit, c’est à retrouver des amis qui n’ont pas pris une ride et qui leur permettent, finalement, de rajeunir en se replongeant dans leurs aventures. »

Blake et Mortimer t24 « Le testament de William S. », d’Yves Sente et André Juillard - éditions Blake & Mortimer, 15,95 euros

« Les nuits de France Culture - spécial Blake et Mortimer »
(Ré)écoutez ou téléchargez la nuit 01
(Ré)écoutez ou téléchargez la nuit 02

Mots-clés :