Martine sur le Net, l’histoire d’un buzz ascensionnel

LIVRE – Casterman l’a exigé, le «Martine cover generator» n’est plus...

AA

— 

Martine a loupé son test ADN, une couverture détournée de l'héroïne des années 50

Martine a loupé son test ADN, une couverture détournée de l'héroïne des années 50 — DR

Le «Martine cover generator» n’est plus. Ce site, qui permettait de créer en deux clics des parodies de couvertures de l’icône des années 50, a «fermé ses portes à la demande (amiable) des éditions Casterman», est-il indiqué sur la page d’accueil.

Depuis la création de ce site, le 18 octobre dernier, près d'1 million de visiteurs uniques s’y sont connectés, dont plus de 70.000 internautes pour la seule journée du 25 octobre. Un succès inouï, orchestré par un buzz viral efficace. Au total, 946.008 couvertures détournées ont été générées grâce à cet outil.

Pourquoi Casterman a-t-il demandé la suppression du site?
Pour des questions de droits d’une part. Parce que l’image d’une Martine «doigtant un piaf» ne collait pas avec celle de la petite fille modèle créée par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier aussi. Et enfin, pour des questions de référencement sur l’Internet. En effet, quand on tape le mot «Martine» dans le moteur de recherche de Google, le «Martine cover generator» arrive en première ligne, devant le site web de Casterman.

Le créateur de cette blague, Deelight, le prend bien. Il confie qu’il préfère que son invention soit stoppée à l’apogée de sa gloire plutôt que «d’attendre que tout le monde en soit lassé.»
Et que les accros à Martine version remasterisée se rassurent: «Je compte en effet distribuer le script du générateur, explique Deelight, mais sans les couvertures détournées (ni les modèles de couverture, sans les titres). Puisqu’il ne contiendra aucun référence à Martine, ni aucune image sous copyright, ce sera totalement légal. Cela demandera quand même un peu de travail à quelqu’un qui voudrait créer un site miroir (ou un site détournant d’autres couvertures), mais rien d’insurmontable.»

En attendant, 20minutes.fr a trouvé un substitut pour patienter: un générateur de couvertures comme celles des livres «pour les nuls».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.