Nabaztag, le lapin wi-fi qui clignote, savait déjà remuer les oreilles, donner la météo et chanter. Désormais, il lit des livres aux enfants. Premier bouquin à passer entre ses pattes: «La belle lisse poire du prince de Motordu», de Pef. D’ici 2008, devraient aussi être disponibles «Le Chat botté» et «L’énorme crocodile», de Roald Dahl.

Pour que le Nabaztag entame sa lecture, il suffit de passer sous son nez une petite puce RFID, collée sur la couverture du livre.
Aux origines de l’initiative: le partenariat signé entre Gallimard jeunesse et Violet, la société qui fabrique les lapins. Pratique pour la maison d’édition: le livre n’a pas besoin d’être édité différemment.

«Le livre reste mais on innove dans les modalités de lecture, explique Hedwige Pasquet, directrice générale de Gallimard Jeunesse. C’est interactif: l’enfant peut choisir d’écouter la voix du lapin ou celle de l’auteur lui-même (Pef en l’occurrence). Et bientôt, ce sera même éducatif puisque l’enfant pourra répondre à un quiz après la lecture.»

«Le livre retrouve sa valeur, surenchérit Jean-François Kitten, de Violet, qui, non content d’avoir déjà vendu 180.000 lapins depuis la création de l’objet, prophétise le début de «l’ère des objets communicants». Hedwige Pasquet dit espérer que le projet se vendra à plusieurs milliers d'exemplaires: «on vit dans un monde rempli d'images et de sons, dit-elle. Avec le lapin qui lit, on répond aux valeurs actuelles».

Infos pratiques: le pack lapin + livre coûte 139.90 euros, disponible ici.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.