Le jeu Pokémon Go sur un téléphone portable à Tokyo le 13 juillet 2016
Le jeu Pokémon Go sur un téléphone portable à Tokyo le 13 juillet 2016 - KAZUHIRO NOGI AFP

Déjà victime de son succès… Le jeu pour smartphone Pokémon Go s’est transformé, en l’espace de quelques semaines, en un véritable phénomène planétaire, comme en témoignent les quelque 75 millions de téléchargements de l’application officielle. Mais attention, de fausses versions circulent sur les plateformes de téléphonie et font leurs promotions sur différentes bannières publicitaires. A titre d’exemple, le jeu, sorti le 15 juillet en Australie, compte déjà pas moins de 215 fausses applications malveillantes.

Attention aux logiciels malveillants

Comment détecter les vraies des fausses applis Pokémon Go ? Tout d’abord, tout dépend quels sites vous êtes amenés à fréquenter. Ainsi, des bannières publicitaires se baladent sur le web, et particulièrement les sites pornographiques. De plus, gare aux multiples propositions de téléchargement qui peuvent être faites sur Apple Store et Androïd. « Certaines précautions s’imposent avant de pouvoir tenter de capturer un Dracaufeu ou un Lippoutou sans porter atteinte à la sécurité de son smartphone », prévient le centre d’alerte (CERT-FR) de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) dans un communiqué.

Et le risque n’est pas minime. Les utilisateurs amenés à télécharger de fausses versions, pourront se voir demander d’installer d’autres logiciels malveillants ou seront incités à payer pour bénéficier de plus de fonctionnalités.

>> A lire aussi : «Pokémon GO»: Attention aux arnaques sur les PokéCoins

Eviter Pokémon Go dans votre sphère professionnelle

Pour protéger ses futurs apprentis dresseurs, Apple a résolu le problème des « fakes » dans la dernière mise à jour disponible du jeu, version 1.1.1, disponible sur son AppStore. Outre le conseil, qui peut paraître évident, de ne télécharger que l’application officielle du jeu produit par Niantic sur AppStore et Androïd, le CERT-FR préconise une autre astuce : créer une adresse Gmail uniquement pour installer le jeu Pokémon Go ou ouvrir un compte au club des dresseurs Pokémon. Ainsi, les pirates ne pourront pas se servir de vos données GPS et de vos photos personnelles.

Enfin, pas la peine de se dérober en utilisant votre téléphone professionnel. « Il peut être tentant d’utiliser un smartphone professionnel pour augmenter les chances de capture d’un Ronflex. Même s’il est souvent délicat de répondre par la négative à une requête émanant d’un VIP, il semble peu opportun de déployer ce type d’application dans un environnement professionnel, en raison des différents risques évoqués précédemment, précise le CERT-FR dans son communiqué. Le CERT-FR déconseille de pratiquer cette activité dans des lieux où le geo-tagging du joueur pourrait avoir des conséquences. » Pas de doutes, dresseur de Pokémon, c’est un job à plein-temps qui demande un maximum de précautions.

>> A lire aussi : «Pokémon Go»: L'application peut-elle vous faire virer?

Mots-clés :