Christine and the Queens au festival Fnac Live à Paris en juillet 2015
Christine and the Queens au festival Fnac Live à Paris en juillet 2015 - SADAKA EDMOND/SIPA

Attaquée de toutes parts, Christine and the Queens a répondu à ses détracteurs. Après avoir dévoilé le clip de Here, son duo étonnant mais plutôt réussi avec le rappeur Booba, la chanteuse n’a pas fait l’unanimité. Certains lui ont reproché une erreur artistique, d’autres de s’aventurer sur un terrain miné. Mais Christine n’a que faire des critiques, et a expliqué son point de vue sur Facebook.

Here is where everything happenedA force force de lutter, je ne suis que géométriesGéométries, donc. Il y a un an...

Posté par Christine and the Queens sur jeudi 11 février 2016

 

>> A lire aussi : Les duos chantants qui n’ont pas fait mieux que Booba et Christine and the Queens

« La colère, le verbe, nous sommes tous les deux dedans »

« J’ai un peu l’air d’une jeune fille, et pour ça on continuera malheureusement de me donner des tapes sur le bout du nez », explique avec poésie la chanteuse sur son propre compte Facebook. Car pour elle, son duo avec Booba n’a pas à faire débat. « Je suis venue vers Booba avec cette chanson, qui est comme je l’ai dit, une chanson de survivant. Nos trajectoires se croisent, car il y a effectivement un recoupement très important : la colère, le verbe, nous sommes tous les deux dedans ».

L’artiste répond notamment aux critiques d’avoir convié un artiste si différent de son univers, et à la réputation sulfureuse. « Si je ne suis brusquement plus respectable après l’avoir invité lui, alors je préfère attendre de gagner le respect en continuant à faire bouger les lignes », déclare-t-elle.

>>A lire aussi: Le clip statique de Booba et Christine and The Queens moqué par les internautes

« Je nous aime bien ensemble, sans renoncer à rien »

« Je m’assois avec mon pantalon masculin, ma chemise ouverte sur mes petits os de jeune fille blanche, queer et féministe, je suis chez moi dans la chanson que j’ai écrite », développe Christine, « il me rejoint entièrement vêtu de sa marque, il s’est vengé en se construisant un empire, il a la métaphore crue qui déverrouille. Je nous aime bien ensemble, sans renoncer à rien ».

Enfin, l’artiste précise qu’elle ne courbera pas l’échine face aux critiques et continuera de travailler comme elle l’entend : « Je vais continuer de provoquer des rencontres inattendues, justement parce que je considère que la production musicale française devrait être un territoire plus accueillant que le nôtre. Je ne crains pas l’impureté du mélange - justement parce que je suis de culture queer. Ce qui m’effraie, en revanche, c’est que la culture du rap soit encore aussi méconnue en France, et qu’une collaboration comme la nôtre puisse encore paraître absurde ». En conclusion, Christine and the Queens est catégorique : « je vais continuer à être cette présence rugueuse et imparfaite, je vais continuer d’aller exactement où j’ai envie ». Voilà qui est dit.

Mots-clés :