Benjamin Millepied,à Paris, le 9 mai 2014.
Benjamin Millepied,à Paris, le 9 mai 2014. - AFP

C’est officiel. Ce jeudi, Benjamin Millepied a annoncé qu’il quittait ses fonctions de directeur de la danse à l’Opéra de Paris. Un poste qu’il occupait depuis un an et demi. Selon des rumeurs insistantes, plusieurs raisons ont motivé son départ.

  • De nombreuses inimitiés au Palais Garnier

« J’ai toujours eu des ennemis parce que j’ai pris des responsabilités de manière précoce. (…) Ce que je fais, c’est par passion. Parce que je suis porté par la nécessité de donner au Ballet un souffle nouveau. C’est ma mission. Si je n’y arrive pas ici, je le ferai ailleurs. » En décembre, un peu plus d’un an après son arrivée à la direction de la danse à l’Opéra de Paris, Benjamin Millepied ne ne cachait rien au Figaro de son envie de réformer le Ballet, que ça plaise ou non. « J’essaie de faire évoluer beaucoup de choses (…). On n’est plus en 1830, il y a des choses qui datent de cette époque comme la hiérarchie, le concours de promotion, qui permet aux danseurs de monter en grade, les concours d’entrée », appuyait-il dans un entretien accordé à l’AFP.

« Il est urgent de se demander comment [les chorégraphies classiques] doivent être dansées ! (…) Etre danseur, c’est s’exprimer, pas tenter de ressembler à un motif sur du papier peint ! », expliquait aussi Benjamin Millepied au Figaro. Des propos qu’il a même répétés dans Relève, un documentaire de Canal +, en ajoutant que le ballet pouvait être « ennuyeux à mourir ». A l’Opéra Garnier, ces propos n’ont pas fait que des heureux. « Son style parfois un rien désinvolte ou sa surmédiatisation en auront énervé plus d’un », écrit Paris Match.

  • Une partie administrative insoupçonnée

Benjamin Millepied a fait souffler un vent de changement dans la vénérable institution parisienne. Il a fait fi de la hiérarchie en propulsant de jeunes danseurs sur le devant de la scène et en les plaçant au même niveau que les danseurs du haut de l’échelle. Il a aussi exigé le changement des parquets de l’Opéra, ce qui a offert davantage de confort aux artistes et leur a permis de ménager leurs articulations. Si cette partie de son travail l’a enthousiasmé, France Info laisse entendre qu’il avait « sous-estimé le poids de la part administrative de sa fonction ». Une charge peu épanouissante qui aurait pesé dans la décision de Benjamin Millepied.

  • Natalie Portman a des envies d’ailleurs

« Quand on vit dans un endroit, on commence à se rendre compte à quel point nous sommes différents culturellement, profondément différents », avançait en mai Natalie Portman au Hollywood Reporter. L’actrice ne s’est jamais vraiment adaptée à la vie parisienne. Les attentats de janvier 2015 n’ont pas arrangé les choses et celle qui fut le Black Swan au cinéma disait se sentir nerveuse, en tant que juive résidant à Paris, après ces attaques terroristes. Natalie Portman souhaiterait donc retourner vivre aux Etats-Unis, ne serait-ce que parce qu’elle a du mal à mener une carrière internationale depuis la France. Et selon France Info, Benjamin Millepied pourrait retourner à Los Angeles pour diriger sa compagnie, LA Dance Project.

Mots-clés :