Le réalisateur Jacques Rivette en 2009.
Le réalisateur Jacques Rivette en 2009. - DAMIEN MEYER / AFP

Jacques Rivette est décédé ce vendredi, à l’âge de 87 ans, annonce Le Monde sur son site Internet. Le réalisateur, l’un des grands noms de la Nouvelle Vague, est célèbre principalement pour La Belle noiseuse, L’Amour Fou, ou Céline et Julie vont en bateau.


Son deuxième film, Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot, a défrayé la chronique. Censuré un temps, dénoncé avec virulence par une partie de l’Eglise qui craignait un regain d’anticléricalisme, il a finalement obtenu un large succès public à sa sortie en 1967.

Il s’est aussi distingué avec des œuvres fleuves telles que Out 1 : Noli me tangere, qui approche les treize heures – alors que la durée de L’Amour fou se limite à un peu plus de quatre heures.

« Un jour de profonde tristesse »

Avant de passer à la réalisation, il avait débuté en tant que critique de cinéma, notamment dans les pages des Cahiers du cinéma dont il fut le rédacteur en chef. Son dernier long-métrage, 36 vues du pic Saint-Loup, remonte à 2009.

« Avec Jacques Rivette disparaît l’un des plus grands cinéastes de l’intime et de l’impatience amoureuse. C’est un jour de profonde tristesse », a tweeté la ministre de la Culture.

 

Il était « l’un des plus lucides, les plus inventifs, les plus libres de la Nouvelle Vague », a déclaré Gilles Jacob, ex-président du Festival de Cannes, qui a posté sur son compte Twitter un grand nombre de messages au sujet du cinéaste.

 

« Le cinéma français perd un de ses réalisateurs les plus libres et les plus inventifs », s’est émue Anna Karina, qui avait joué sous sa direction dans Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot et Haut, Bas, Fragile.

Mots-clés :