L'écrivain Michel Tournier dans le jardin de sa maison de Choisel, au sud-ouest de Paris, le 4 avril 2005
L'écrivain Michel Tournier dans le jardin de sa maison de Choisel, au sud-ouest de Paris, le 4 avril 2005 - CATHERINE GUGELMANN AFP

L’écrivain Michel Tournier, l’un des grands auteurs français de la seconde moitié du XXe siècle, Prix Goncourt pour Le roi des Aulnes en 1970, est décédé lundi à l’âge de 91 ans, chez lui à Choisel, ont indiqué ses proches et la mairie de cette commune des Yvelines.

« Il est décédé à 19 heures ce soir », entouré de ses proches, a précisé son filleul, Laurent Feliculis, que l’écrivain considérait comme son fils adoptif. Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel, Frédéric Julhes.

« On vivait 24 heures sur 24 avec lui, il ne pouvait plus rester tout seul depuis trois mois. Dès qu’il marchait, il avait tendance à tomber, on s’occupait de lui », a déclaré Laurent Feliculis. L’écrivain habitait depuis plus d’un demi-siècle dans l’ancien presbytère du village.

« C’était un personnage de Choisel, tout le monde le connaissait »

« Dans les derniers temps, il ne voulait plus se battre, c’était la vieillesse », a dit Laurent Feliculis. Son décès a également été confirmé par le maire de cette commune de quelque 550 habitants, Alain Seigneur.

Un voisin, l’avocat Jean Reinhart, a précisé qu’il était passé le voir la veille. « Il était malheureusement très mal en point et on s’attendait à une issue rapide, il ne sortait plus de chez lui », a-t-il dit. « C’était un personnage de Choisel, tout le monde le connaissait », a-t-il ajouté.

Les réactions n’ont pas tardé ce lundi soir. Bernard Pivot, qui avait rencontré Michel Tournier à plusieurs reprises, a salué un « génial romancier ».

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a également réagi sur Twitter.

De son côté, François Hollande a salué l'« immense talent » d’un « grand écrivain » dont l’œuvre a traversé le XXe siècle et marqué l’histoire de la littérature ».

Mots-clés :