Eric Reynaud-Fourton et Michel Galabru sur le tournage de «Vivement Dimanche», en avril 2015.
Eric Reynaud-Fourton et Michel Galabru sur le tournage de «Vivement Dimanche», en avril 2015. - PJB/SIPA

Eric Reynaud-Fourton est comédien - il a récemment joué « le père de Je » dans Bref la pastille humoristique de Canal + - dirige le Théâtre Montmartre-Galabru (Paris 18e) dont l’acteur, décédé ce lundi à l’âge de 93 ans, était propriétaire depuis 1984. Les deux hommes ont écrit ensemble Le Cancre que Michel Galabru a joué sur la scène de son théâtre jusqu’en novembre. Ce spectacle autobiographique aura été l’ultime performance théâtrale du comédien. Très ému par la disparition de son mentor, Eric Reynaud-Fourton a accepté de répondre aux questions de 20 Minutes.

Comment avez-vous rencontré Michel Galabru ?

Je le connais depuis 35 ans. Il m’a fait démarrer au théâtre, j’ai joué avec lui pendant près de dix ans de tournée. Récemment, je lui avais dit : « Ce serait bien que tu fasses un one-man-show, que tu racontes un peu ta vie. »

Cela a donné « Le Cancre », que vous avez coécrit avec lui…

Oui, on a mis toutes les anecdotes de sa vie et j’ai structuré l’ensemble. Il racontait sa carrière, mais aussi ce que l’on ne connaissait pas forcément de lui : son enfance, la guerre, la Comédie française [où il a joué de 1950 à 1957]… C’était un concentré de sa vie décalé, amusant…

VOIR LE DIAPORAMA : Les dix rôles les plus marquants de Michel Galabru

En novembre, il avait dû renoncer à jouer ce spectacle sur scène…

Il souffrait d’une grande fatigue. On a donc mis le hola avec le spectacle. (Une pause) Et il est décédé dans son sommeil.

Vous vous y attendiez ?

On savait que ça allait arriver un jour. On ne s’attendait pas à l’arrêt brutal du spectacle. Et puis on a vu qu’il lui serait difficile de remonter sur scène… (Une pause) Le plus important est qu’il était entouré des siens. Ses enfants ont été très proches de lui.

Quel souvenir garderez-vous de lui ?

Le souvenir d’un homme merveilleux, généreux, d’un grand acteur. Dans ma vie, il a été quelqu’un de très important.

Le théâtre que vous dirigez porte son nom, envisagez-vous de faire perdurer son héritage spirituel ?

Ce sera toujours la même ligne éditoriale, avec des spectacles humoristiques. On va panser nos plaies et continuer.

Mots-clés :