Les Beatles dans le «Ed Sullivan Show» le 8 février 1964.
Les Beatles dans le «Ed Sullivan Show» le 8 février 1964. - Anonymous/AP/SIPA

EDIT DU 23 décembre 16h : Le site www.thebeatles.com a annoncé que les titres du groupe seront disponibles dès jeudi, 0h01, sur neuf sites de streaming (Spotify, Apple Music, Slacker, Tidal, Groove, Rhapsody, Deezer, Google Play et Amazon Prime).

 

L’un des derniers bastions de la résistance anti-streaming serait-il sur le point de tomber ? Selon le magazine Billboard, le quatuor de Liverpool, notoirement réticent à la diffusion en ligne à la demande, s’apprêterait à diffuser sa musique en ligne à partir de Noël.

Les quatre garçons dans le vent ont toujours été prudents avec celui des nouvelles technologies : leur musique, disponible sur CD depuis 1987, n’a ainsi jamais été remasterisée avant 2009, et le groupe a aussi attendu 2010 pour être présent sur l’iTunes store d’Apple, créé sept ans plus tôt. En avril, Ringo Starr déclarait encore au sujet du streaming : « Tout ce que j’entends, c’est que votre musique a été diffusée 17 millions de fois et qu’ils vous font un chèque de 12 dollars ».

 

Tout cela pourrait pourtant changer dans quelques jours : des tractations entre le label des Beatles, Apple records, et « des services de streaming », auraient abouti, selon des sources « proches des négociations » citées par Billboard. Le nom des services en question et la date choisie pour cette libéralisation de la musique du groupe ne sont pas précisés, mais le magazine pense que « la plupart, sinon tous » les services de streaming auront accès au catalogue studio du groupe « la semaine prochaine ».

Universal parmi les actionnaires de Spotify

Même si Spotify, Rhapsody, Apple, Tidal et Deezer, sollicités par Billboard, n’ont pas souhaité faire de commentaires, ce changement de philosophie ne serait pas surprenant. L’impact de l’arrivée du groupe sur iTunes, même tardive, avait en effet généré la vente de deux millions de titres la première semaine, prenant de cours tous les observateurs. « Je pensais que tout le monde avait déjà acheté sept versions de leurs CDs et les avaient transférés vers leurs iPods, avoue Russ Crupnick, de la firme de recherche MusicWatch. Et j’étais bien loin du compte ! ».

Les revenus générés par le streaming, qui a représenté le tiers des recettes totales de l’industrie musicale sur les six premiers mois de 2015, pourraient aussi avoir incité les Beatles a changer de disque sur la question. Enfin, comme le souligne le webzine Vulture, la mise à disposition en streaming de la musique du groupe ne serait pas pour déplaire pas à Universal Music, devenu maison de disques des Beatles en 2012, et qui comme Sony, Warner ou EMI, figure parmi les actionnaires de Spotify.

Mots-clés :