Ces trois initiatives pourraient vous faire plaquer Amazon pour votre libraire

CULTURE Nos libraires, ces héros. De nouvelles initiatives valorisent leurs conseils personnalisés, garantis sans algorithmes…

Annabelle Laurent

— 

Qui ne voudrait pas de Meg Ryan, libraire dans Vous avez un message? (1998).

Qui ne voudrait pas de Meg Ryan, libraire dans Vous avez un message? (1998). — DR

Faut-il boycotter Amazon pour acheter vos livres? La question se pose depuis… 1995. Parce qu’Amazon casse les prix, parce qu’Amazon jongle avec la fiscalité pour bénéficier d’un avantage financier déloyal, parce que sa culture de productivité est inhumaine, comme l’ont montré de nombreuses enquêtes, dont celle-ci publiée en août dans le New York Times. Et pourtant, comment résister à tous ces titres à portée de clics… Mardi 3 novembre, le géant du e-commerce a même fait un pas de plus en ouvrant sa première librairie physique à Seattle, une «librairie» dédiée aux… best-sellers.

Alors quoi? Alors vous pouvez aller sur les internets. Et découvrir ces trois initiatives récentes qui participent à petite ou grande échelle au combat de la librairie indépendante en France (un réseau de 3.000 enseignes qui reste le plus riche au monde mais ne cesse d’en perdre: en quatre ans, une quarantaine ont fermé à Paris). Trois initiatives qui ont envie d’une chose: vous faire redevenir ami-ami avec votre libraire.

Chandler Bing approuve la lecture. 

Le Haut de La Pile, la start-up pour adopter un libraire

Vous avez envie de neuf en haut de votre pile de bouquins, mais pas de bonne librairie à proximité. Ou pas le temps d’y passer à temps à votre sortie du bureau (vous travaillez trop). Lancée fin octobre par deux anciens de l’ESSEC, la start-up Le Haut de La Pile se propose d’assurer la livraison en 48 heures. La livraison? Mais de quel livre? Justement. C’est un libraire qui l’a choisi pour vous, après que vous l’avez choisi, lui (vous nous suivez?), en fonction de ses goûts, indiqués sur son portrait en ligne. Plutôt Romain, qui sauverait d’un désastre «ses pléiades de Jules Verne», ou Elise, qui choisirait Just kids de Patti Smith? 

Vous lui avez indiqué votre envie (un roman américain? un polar?), vos livres fétiches, votre rythme et vos habitudes de lecture (dans votre bain, dans le RER A?). Il choisit le livre qu’il espère «idéal», que vous recevez dans un box avec quelques «surprises» (chocolats, goodies), pour 14 euros. Vous pouvez aussi adresser la box en cadeau, avec bientôt une option abonnement.

Pour l’instant les libraires sont huit, mais la co-fondatrice Zoé Caldé compte bien les multiplier. Alors que le communiqué annonce vouloir «vous faire plaquer Amazon» pour eux, la jeune entrepreneure file la métaphore amoureuse: «En fait, on voudrait être une sorte d’Adopte un libraire». Cœur avec les doigts pour la librairie.
lehautdelapile.fr

Un exemple de box reçue via Le Haut de La Pile. 

La Kube, la box littéraire sur-mesure

Lancée quelques mois avant le Haut de La Pile, portée par une campagne de com ultra efficace, La Kube croule sous les pré-commandes. «32.000 personnes se sont inscrites sur le site en mi-juillet et mi-août», nous indique le co-fondateur Samuel Cimamonti, étudiant à l’Essec de 23 ans. Même principe que celui décrit plus haut, la box littéraire est entièrement sur-mesure et concoctée par un libraire selon vos goûts, pour 15 euros et un délai de 24h que la start-up s’engage à respecter dès janvier, quand le site sera «ouvert entièrement» (Des précommandes seront possibles le 1er décembre).

Ici, pas de possibilité de choisir son libraire – mais «ça viendra», des petites comme des très grandes librairies (Doucet, au Mans), un positionnement «pas forcément contre Amazon» et destiné surtout «à remettre la  librairie indépendante sur le devant la scène, à la réinventer», indique Samuel Cimanmonti. Et de fortes ambitions: un développement à l’étranger, une offre grand format, une offre enfants, et «dans 2 ans, 70 à 80.000 clients, et un réseau de 1.000 libraires». Rien n’a(r)rête la Kube.
lakube.com


Mise à jour 9/11: L'article se concentrait sur les initiatives les plus récentes, mais signalons l'existence de la box Livre-moi(s), lancée en 2014 par une libraire. D'autres box littéraires ont été lancées par des passionnés de littérature: Exploratology (2013), La boîte de Pandore (2014), Once Upon a book (2015). 

@lemotdulibraire, le compte Twitter pour retrouver leurs coups de cœur

L'idée est toute simple, mais personne ne l'avait eue: @lemotdulibraire relaie les petits mots manuscrits qui font tout le charme des librairies. Ces coups de cœur signalés d’un simple bandeau «on a aimé», ou, plus souvent, via quelques mots enthousiastes et bien sentis, à rendre jaloux les critiques littéraires qui ont pondu un papier entier.

Seuls les habitués de la librairie en profitent, quand des milliers d’autres lecteurs en France sont avides de conseils. Lancé cet été, le compte Twitter @lemotdulibraire propose ainsi aux librairophiles de photographier la couverture d’un livre avec le post-it, de lui envoyer par mail ou sur Twitter, et il s’en fait l’écho chaque jour. Avec l'ambition de «constituer, en somme, la librairie des coups de coeur des libraires».
twitter.com/lemotdulibraire

 

 

Mots-clés :