« Dirty Corner » et 7 autres œuvres célèbres vandalisées avant elle

ART « Dirty Corner » d’Anish Kapoor au Château de Versailles n'est pas la première œuvre d’art prise pour cible…

Clio Weickert

— 

«Dirty Corner» d'Anish Kapoor Lancer le diaporama

«Dirty Corner» d'Anish Kapoor — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Dirty Corner à Versailles a pu agacer, la voilà désormais vandalisée. L’œuvre d’Anish Kapoor a été victime d’un arroseur de peinture jaune ce mercredi, quelques jours seulement après son installation dans les jardins du domaine royal. Une attaque (en règle) de l’art qui n’a rien d’exceptionnels. Retour sur huit célèbres œuvres prises pour cible par des vandales.

« Tree » de Paul MacCarthy

Le plug dégonflé de Paul McCarthy- Martin Bureau AFP

Ci-gît Tree, de l’artiste américain Paul McCarthy. Dès son installation en octobre 2014, le « plug anal » géant provoque une vive polémique. Après l’agression de son auteur, l’œuvre est dégonflée en pleine nuit par des vandales non identifiés. Mais sans doute puritains.

« Fontaine » de Marcel Duchamp

« Fontaine » de Marcel Duchamp - Tony Kyriacou/Rex Fea/REX/SIPA

En 1993, « l’artiste » Pierre Pinoncelli urine dans Fontaine de Duchamp et la frappe d’un grand coup de marteau. Obsédé par l’urinoir, l’hurluberlu cognera à nouveau dessus en 2006. « Une démarche totalement artistique », selon Pinoncelli, qui explique vouloir « rendre hommage à l’esprit Dada ».

« Piss Christ » d’Andres Serrano

« Piss Christ » d’Andres Serrano - JEROME TAUB/ZEPPELIN/SIPA

Un crucifix dans du sang et de l’urine. Jugée « Blasphématoire » par certains, la photographie Piss Christ d’Andres Serrano ne fait pas l’unanimité. Exposée en 2011 à Avignon, l’œuvre est attaquée par un groupe de jeunes gens qui brisent la vitre de protection et vandalisent le cliché à coups de marteau et de pic à glace.

« La Joconde » de Léonard de Vinci

La Joconde-PASCAL COTTE/SIPA

Le tableau le plus célèbre de la planète a lui aussi été victime de vandalisme et ce à maintes reprises. En 1956, un homme a aspergé la toile d’acide. En 2009, une touriste russe a lancé un mug sur la vitre de protection…

« La liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix

« La Liberté guidant le peuple » d’Eugène Delacroix. SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Présentée au Louvre Lens en 2013, La Liberté guidant le peuple y subit les foudres d’une jeune femme de 28 ans, qui laisse cette inscription au marqueur noir sur la toile d’Eugène Delacroix : « AE911 ». Soit une référence à un site Web partisan des théories du complot sur les attentats du 11 septembre. Elle sera jugée « irresponsable pénalement ».

Cy Twombly

Pierre Verdy AFP/Archives

Une trace de rouge à lèvres sur un monochrome blanc. Exposée en 2007 à Avignon, l’œuvre de Cy Twombly est victime d’un « baiser », embrassée par une jeune femme aux lèvres rouges, afin rendre le tableau « plus beau ». « Un acte d’amour artistique » selon ses termes.

Mark Rothko

« Black on Maroon » de Rothko - Tim Wright/Rex Features

Pas de rouge à lèvres, mais de la peinture noire pour ce Rothko vandalisé en 2012. Présentée à la Tate Modern de Londres, la toile est peinturlurée par un visiteur qui y inscrit « Vladimir Umanets, a potential piece of yellowism ». Apparemment, un « artiste » issu du courant artistique du « jaunisme », voulant « ajouter de la valeur à l’œuvre ».

 

Dernier fait en date, Dirty Corner d’Anish Kapoor. Egalement appelé « le Vagin de la Reine » par ses détracteurs. L’énorme trompe a été aspergée de peinture jaune ce mercredi 16 juin : « une tragédie » liée à une « forme d’intolérance qui apparaît en France », selon son auteur interviewé par le Le Figaro.

Anish Kapoor réagit au vandalisme de son œuvre à Versailles