Bruce Willis à la conquête du virtuel

Le monde réel ne suffit pas à Bruce Willis. Pour la promo de Die Hard 4, retour en enfer, qui sortira le 4 juillet prochain, l'acteur a accepté de répondre aux questions d'une poignée de journalistes (dont une seule française) et de fans sur « Second...

©2007 20 minutes

— 

Le monde réel ne suffit pas à Bruce Willis. Pour la promo de Die Hard 4, retour en enfer, qui sortira le 4 juillet prochain, l'acteur a accepté de répondre aux questions d'une poignée de journalistes (dont une seule française) et de fans sur « Second Life ». Il s'est rendu disponible pendant une demi-heure sur ce site, où les internautes peuvent s'inventer une existence parallèle en se créant des doubles plus ou moins ressemblants. Vendredi soir, à 0 h 15, heure française, l'acteur était donc « présent » sous la forme d'un avatar en 3-D au look plutôt sommaire. Si son apparence physique restait figée, la voix de Bruce Willis était en revanche très reconnaissable lorsqu'il s'est plié de bonne grâce au jeu des questions-réponses. L'acteur a satisfait aux demandes de ses admirateurs en acceptant de chanter une chanson ou de crier « Yippee-ki-yay, motherfucker ! », la réplique culte de Piège de cristal, le premier Die Hard. Willis en a profité pour clamer son affection pour le personnage de John McLane qui a le même sens de l'humour noir que lui. Le comédien a également admis avoir payé de sa personne pour ce quatrième volet, où il a souhaité limiter les effets spéciaux numériques afin de laisser la part belle aux cascades réalistes.

Willis a expliqué sa présence sur « Second Life » par sa lassitude à l'égard des vrais journalistes, qu'il estime être trop blasés. Pas de chance, Bruce ! C'est vous-même en chair et en os qui devrez affronter des reporters lors de votre visite à Paris au milieu de ce mois. Espérons que vous serez plus vivace que votre avatar, si statique qu'on avait l'impression qu'il venait de subir un lifting raté !

méchante Bruce Willis reprend le rôle du flic John McLane confronté cette fois à une as de la technologie, jouée par la sculpturale Maggie Q. McLane doit tenter d'arrêter cette terroriste avant qu'elle ne parvienne à paralyser le système informatique des Etats-Unis. Ce nouvel opus est signé par Len Wiseman, le réalisateur d'Underworld.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.