Michel Onfray traite Manuel Valls de «crétin» et ses conseillers de «petits gominés trentenaires»

CRETINISME Après avoir été attaqué par le Premier ministre, Michel Onfray l’a traité de crétin. Ce n’est pas la première fois qu’un intellectuel insulte Manuel Valls…

Alice Coffin

— 

Michel Onfray

Michel Onfray — Baltel /Sipa

Pour Michel Onfray, Manuel Valls est un «crétin». Un crétin qui n’a «rien lu du tout», a déclaré le philosophe sur Europe 1. Michel Onfray n’est pas le premier intellectuel à pointer les lacunes du Premier ministre au rayon librairie. Il y a quelques semaines Michel Houellebecq expliquait sur France 5 que Manuel Valls devrait s’abstenir de parler lectures, précisant «qu’il parle d’autre chose, pas de livre, ce n’est pas son sujet, il n’est pas bon».

Dans les deux cas, Manuel Valls avait ouvert les hostilités. Il avait expliqué que Houellebecq ne représentait pas la France car «la France ce n’est pas la soumission». Il a aussi attaqué, en premier, Onfray avec l'argumetaire suivant: «Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu'Alain de Benoist, qui était le philosophe de la Nouvelle droite dans les années 1970 et 1980, qui d'une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l'Horloge, le Grece, (...) au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu'on perd les repères».

Valls et ses «petits gominés trentenaires» de conseillers

En réponse à cette déclaration Michel Onfray a expliqué: «Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n'est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche. J'ai l'impression que Manuel Valls pense le contraire, c’est-à-dire qu'il préfère une idée fausse, pourvu qu'elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite. J'ai vérifié dans le dictionnaire, ça s'appelle un crétin. Ce n'est pas insultant, c'est familier.» Il a conclu l'estocade en qualifiant Manuel Valls de «personnage qui vous fait tenir des propos que vous n'avez pas tenus, et qui se contente de lire les petites fiches» de ses conseillers qualifiés de «petits gominés trentenaires».

Alain Benoîst indirectement mis en cause par Manuel Valls a, à son tour, réagi. «Il parle de ce qu'il ne connaît pas, a-t-il expliqué au Point. J'ai l'impression qu'il a complètement pété les plombs. C'est un homme ambitieux et nerveux qui fait des coups de menton un peu mussoliniens, mais cette espèce de mauvaise humeur perpétuelle cache plutôt un certain désarroi, une incertitude de soi».