Les emojis proposés par Apple sur ses appareils.
Les emojis proposés par Apple sur ses appareils. - jbl/REX/REX/SIPA

L’ «emoji mania» n’a pas échappé aux linguistes. Utilisées pour adoucir un propos, retranscrire un état d’esprit ou lever une ambiguïté dans un message, ces adorables et rigolotes frimousses s’affichent partout depuis l’an dernier. Elles viennent ponctuer nos échanges et parfois remplacer des mots dans nos phrases. Il existe même des réseaux sociaux comme Emojili qui exigent que les échanges se fassent uniquement en utilisant ces émoticônes venues du Japon.

>> Lire notre article: Comment les émoticônes se sont imposées dans nos conversations écrites

Alors que le langage SMS a été accusé pendant longtemps d’appauvrir la langue française, que penser de cette frénésie autour des emojis? «Je trouve que les emojis contribuent à la richesse de nos messages en permettant au destinataire de les interpréter», a répondu à 20 Minutes Rachel Panckhurst, enseignant-chercheur en linguistique-informatique à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Pierre Halté, docteur et chercheur en sciences du langage, est du même avis: «Les emojis n’appauvrissent pas la langue française. En mettre dans un message pour manifester son émotion c’est comme sourire en parlant. Tout comme la parole et le geste à l'oral, les émoticônes et les énoncés verbaux sont deux systèmes qui, à l'écrit, font sens différemment mais de façon complémentaire. Les émoticônes permettent de retrouver, à l'écrit, la palette d’émotions qu’on peut exprimer avec les gestes.»

«Si c’était ridicule, ça ne s’imposerait pas» 

Comme «aïe» ou «ouf», les émoticônes sont «une nouvelle façon de montrer sa subjectivité», explique-t-il. Pour ceux qui se posaient la question, «ce n’est pas la honte d’utiliser des émoticônes», affirme Pierre Halté. «Le fait qu’elles soient très utilisées prouve qu’elles sont efficaces d’un point de vue linguistique. Si c’était considéré comme ridicule, ça ne s’imposerait pas.» 

Les deux linguistes s’accordent à dire que l’engouement pour les emojis n’est pas un phénomène éphémère. «Tant que les modes de communication comme le chat, les SMS, les réseaux sociaux et les e-mails prolifèreront, on continuera d’utiliser des émoticônes pour montrer ses émotions spontanément, comme à l’oral», selon Pierre Halté. «Les emojis ne remplaceront pas le texte. Les réseaux sociaux réservés aux conversations en emojis ne vont pas faire long feu, insiste sa consoeur. Mais tout ce qui permettra d’apporter une dimension supplémentaire à un message va s’inscrire dans la durée.» 

Mots-clés :