Attentat à «Charlie Hebdo»: Michel Houellebecq sort de son silence

LITTÉRATURE L’écrivain, auteur de «Soumission», s’est exprimé pour la première fois depuis les attaques à Paris…

Alice Coffin

— 

Le dernier ouvrage de Michel Houellebecq, Soumission

Le dernier ouvrage de Michel Houellebecq, Soumission — Sipa

«J’étais trop déprimé pour parler de mon livre» a expliqué mardi matin Michel Houellebecq sur RTL. L’écrivain qui vient de publier Soumission était un proche d’une des victimes de la tuerie de Charlie Hebdo, le journaliste économique Bernard Maris. «Depuis les obsèques de Bernard Maris ça va un peu mieux», a-t-il confié.
Michel Houellebecq a raconté être désormais sous surveillance policière.

«Je n'y peux rien s'il y a des crétins qui me lisent»

Répondant aux critiques qui accusent son livre d’islamophobie, il a précisé «Je ne joue pas sur la peur, c'est absolument faux. Je n'y peux rien s'il y a des crétins qui me lisent. Au contraire, le candidat du parti musulman réussit très bien à rassurer la population et en plus il ne ment pas … Il est très rassurant.» Il estime que «Ce qui fait peur dans ce livre c'est la première partie. Des gens non représentés qui sentent que la démocratie ne fonctionne plus et qui se radicalisent, passent à l'action violente. Et des gens venant de tous les horizons. C'est ça qui peut inquiéter si on arrive à des résultats électoraux aussi aberrants que ceux que je décris. Aberrants car ils ne correspondent pas à ce que veut la population...»

Michel Houellebecq s’est par ailleurs dit «consterné» par les propos du pape sur les limites à imposer à la liberté d’expression pour qu’elle n’insulte pas la foi d’autrui.