Découverte du «tombeau de Jésus» et de son fils

POLEMIQUE Un documentaire affirme que Jésus est enterré en Israël au côté de Marie-Madeleine avec qui il aurait eu un enfant…

Sa. C.

— 

Lula a dramatisé la fin de sa campagne électorale en se comparant à Jésus trahi par Judas mais dans l'opposition certains identifient le président brésilein au Démon après l'affaire de la tentative d'achat d'un dossier anti-opposition par des membres de son entourage.

Lula a dramatisé la fin de sa campagne électorale en se comparant à Jésus trahi par Judas mais dans l'opposition certains identifient le président brésilein au Démon après l'affaire de la tentative d'achat d'un dossier anti-opposition par des membres de son entourage. — Vanderlei Almeida AFP/Archives

Une nouvelle polémique sur Jésus déclenchée par un film. Après «La passion du Christ» de Mel Gibson et «La dernière tentation du Christ» de Martin Scorsese, un documentaire déclenche les foudres de l’Eglise. Produit par James Cameron et réalisé par l'Israélien Simcha Jacobovici, «Le tombeau perdu de Jésus» affirme que Jésus est enterré en Israël au côté de Marie-Madeleine avec qui il aurait eu un fils.

Selon le film, le tombeau, découvert dès 1980, se trouve à Talpiot, un quartier de Jérusalem, et des analyses permettent aujourd'hui d'affirmer qu'il aurait renfermé le corps de Jésus mais aussi de sa compagne et de leur fils, prénommé Judas.
«En tant que documentariste, je ne dois pas avoir peur de chercher la vérité», a affirmé lundi James Cameron, évoquant la présence de «preuves tangibles et inédites» de l'existence physique de Jésus.
 
«Hollywood attaque le christianisme»
 
Le film, qui sera diffusé le 4 mars sur la chaîne câblée Discovery Channel, pourrait en tout cas bien déclencher une nouvelle controverse, comme «La passion du Christ» et «La dernière tentation du Christ» (voir encadré) en leur temps, même si Cameron se défend de toute volonté polémique.  
 
En attendant, des organisations chrétiennes n'ont pas tardé à faire connaître leur mécontentement. «Depuis des années, Hollywood attaque le christianisme», dénonce le pasteur américain Rob Schenck, président du Conseil national du Clergé, citant le précédent du «Da Vinci Code».
Evoquer le caractère terrestre de Jésus peu engendrer de violentes réactions. Ainsi en 1988, un attentat visant le cinéma Saint Michel, à Paris, parce qu’il diffusait «La dernière tentation du Christ», de Martin Scorcese, qui évoque la vie fantasmée de Jésus avec Marie-Madeleine, avait fait 14 blessés.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.